•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre jours d'enquête publique du coroner à Rivière-du-Loup

La résidence Le Couvent, à Trois-Pistoles

La résidence Le Couvent, à Trois-Pistoles

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Patrick Bergeron

Au cours des quatre prochains jours, le bureau du coroner du Québec tiendra une enquête publique concernant le décès d'Adrienne Côté, 91 ans, à la résidence Le Couvent, à Trois-Pistoles. Madame Côté est décédée le 23 avril 2018, après s'être fracturé la hanche.

Au total, 14 personnes seront appelées à la barre pour témoigner devant la coroner Julie-Kim Godin. De ce nombre, six employés de la Résidence Le Couvent viendront raconter leur point de vue sur les événements qui ont mené au décès d'Adrienne Côté.

Des spécialistes du Centre intégré de santé et des services sociaux du Bas-Saint-Laurent, un sergent-détective de la Sûreté du Québec, la propriétaire de la résidence et la fille de la victime répondront également aux questions lors de cette enquête.

Pascale Descary regarde son interlocuteur.

La coroner en chef Pascale Descary a le pouvoir de déclencher des enquêtes publiques

Photo : Radio-Canada

Lors de l'annonce de la tenue de cette enquête en décembre dernier, la coroner en chef, Pascale Descary, expliquait que ce processus était nécessaire afin de répondre à plusieurs questions suscitées par la mort de Mme Côté en avril 2018.

Les audiences se termineront vendredi avec les représentations des parties, soit la propriétaire de la résidence Le Couvent, Sophie Drolet, le CISSS du Bas-Saint-Laurent, la fille d'Adrienne Côté et l'avocate Manon Gaudreault du bureau de la Direction des poursuites criminelles et pénales.

La dernière enquête du genre dans l'Est-du-Québec avait eu lieu en 2016 et portait sur une vague de suicide dans les communautés innues de Uashat Mak Mani-Utenam.

Bas-Saint-Laurent

Justice et faits divers