•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Gatineau veut une commission scientifique indépendante pour comprendre les causes des inondations

Un homme dans l'hôtel de ville de Gatineau en entrevue avec un média.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, en entrevue avec Radio-Canada.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, déposera une résolution au conseil municipal mardi pour la mise sur pied d'une commission scientifique indépendante sur les causes des inondations qui ont touché la région en 2017 et en 2019.

Avec cette commission qui donnerait un portrait complet de ce qu'il s'est passé en 2017 et en 2019 , M. Pedneaud-Jobin veut avoir des solutions durables .

Si on veut faire ça, ça prend des données, ça prend une compréhension plus fine de ce qu'il s'est passé et de ce qui pourrait se passer , a indiqué le maire.

On doit prendre des décisions à long terme, sérieuses, qui règlent les choses une fois pour toutes, autant que faire se peut, et c'est complexe, parce qu'il y a de la pluie, il y a de la neige qui fond, il y a des eaux souterraines.

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Il veut aussi que les sinistrés de Gatineau et que la Ville soient consultés.

Moi, je pense qu'il faut interpeller les sinistrés. Ils savent où l'eau est partie, ce qu'il s'est passé, [...] ce qui a changé dans le temps , a-t-il expliqué.

Le maire Pedneaud-Jobin voit aussi cette commission comme un complément au travail du comité de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) et du comité du Québec.

La gestion des barrages

Bon nombre de sinistrés ont dénoncé une mauvaise gestion des barrages qui aurait favorisé les inondations en Outaouais.

Le conseiller municipal du district du Lac-Beauchamp, Jean-François LeBlanc, n'y croit pas.

Quand j'ai vu arriver les inondations en 2019, je me suis dit : "2017, oublie ça, ce n'était pas une erreur. Ils [les employés d'Hydro-Québec] ne l'auraient pas refait en 2019".

Jean-François LeBlanc, conseiller du district du Lac-Beauchamp

Ce dernier a d'ailleurs rencontré des représentants d'Hydro-Québec et a épluché les rapports concernant la gestion des barrages. Il en est venu à la conclusion qu'une commission d'enquête servirait les intérêts de citoyens.

Si c'est à coût nul et qu'on est capable d'avoir plus d'informations indépendantes, plus de réponses pour les citoyens, je ne peux pas être contre ça , a-t-il indiqué.

La critique de la gestion des barrages avait également été contrecarrée par l'ingénieure en chef du Secrétariat pour la régularisation de la rivière des Outaouais, Manon Lalonde, lors d'une entrevue aux Matins d'ici, en mai dernier.

Lorsqu’il y a une tornade, est-ce que les gens essaient de blâmer quelqu’un d’autre que mère Nature? Ce qu’on vit maintenant, c’est une catastrophe naturelle, parce qu’il y a des quantités exceptionnelles d’eau, la neige combinée à des pluies exceptionnelles , avait-elle argué.

Pour le maire de Gatineau, ce n'est cibler qu'une partie du problème. Il y a un bout de ça qui est de la théorie du complot , a-t-il avancé.

Oui, la gestion des barrages doit faire partie d'un rapport final, mais ce n'est pas juste ça, il faut qu'on regarde l'ensemble de l'oeuvre , a-t-il conclu.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Ottawa-Gatineau

Politique municipale