•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Harcèlement : les plaintes contre Gilles Lehouillier rejetées

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier.

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Olivier Lemieux

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a tranché. Les trois plaintes de harcèlement psychologique déposées contre le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, sont jugées irrecevables.

Selon des informations obtenues par Radio-Canada, les plaintes ont été rejetées, car elles ont été déposées plus de 90 jours après les incidents allégués.

Un nouveau délai de deux ans a été introduit à la Loi sur les normes du travail le 12 juin 2018, mais la CNESST affirme ne pas pouvoir en tenir compte.

Dans une lettre acheminée à l’une des trois plaignantes et obtenue par Radio-Canada, la CNESST est claire : « le Tribunal administratif du travail (TAT) a statué récemment que ce nouveau délai de 2 ans ne pouvait s’appliquer à des événements pour lesquels le droit de déposer une plainte à l'intérieur de l’ancien délai de 90 jours était déjà échu en date du 12 juin 2018. »

Une décision complètement ridicule

Selon l'une des trois plaignantes, qui a travaillé au cabinet du maire entre 2013 et 2017, le rejet des plaintes est complètement ridicule .

Le gouvernement a prolongé le délai pour porter plainte et encourager les dénonciations. Mais là, après un an de processus, on se fait dire que nos dossiers vont être traités selon l’ancienne loi. On fait rire de nous autres , dénonce-t-elle.

Honnêtement, je me demande pour qui travaille la CNESST? Pas pour les victimes en tout cas.

L'une des trois plaignantes

La présumée victime dénonce le fait que Gilles Lehouillier n'aura pas à livrer sa version des faits, même s'il disait pouvoir la divulguer. Il a été protégé par le système , croit-elle.

Elle déplore notamment le fait que cette décision risque de décourager la dénonciation du harcèlement en milieu de travail.

Gilles Lehouillier déçu

Le maire de Lévis a d'ailleurs rappelé qu'il était déterminé à aller au fond des choses dans ce dossier .

Par voie de communiqué, il a réitéré qu'il est convaincu que ces plaintes étaient non fondées, farfelues et alimentées par un sentiment de vengeance .

Il a ajouté qu'il avait d'ailleurs demandé à son avocat de ne pas invoquer le délai de prescription pour que la vérité triomphe .

J'encouragerai toujours les victimes à porter plainte, mais ici il y avait une volonté délibérée de salir ma réputation.

Gilles Lehouillier, maire de Lévis

Gilles Lehouillier a affirmé être déçu que ce dossier se termine ainsi.

En appel?

La CNESST spécifie aux plaignantes qu’elles disposent de 30 jours pour porter la décision en appel.

Les 3 plaintes de harcèlement psychologique ont été déposées contre Gilles Lehouillier en juillet 2018.

Les jeunes femmes concernées, toutes d’anciennes employées de son cabinet, prétendent avoir été impliquées dans plusieurs altercations verbales et physiques avec lui.

Les incidents allégués se seraient déroulés lors du premier mandat de Gilles Lehouillier comme maire de Lévis, entre 2013 et 2017.

Politique municipale

Politique