•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le conseil municipal de Calgary donne un répit fiscal aux commerçants

Vue sur une foule de personnes avec des pancartes.

Commerçants et propriétaires de petites entreprises ont manifesté devant l'hôtel de ville de Calgary pour protester contre la hausse des impôts sur la propriété commerciale.

Photo : Radio-Canada / Tiphanie Roquette

Radio-Canada

À l’issue d’une session d’urgence lundi, les conseillers municipaux ont voté unanimement en faveur de compressions budgétaires et de rabais sur les impôts fonciers pour les commerçants.

Soixante millions de dollars seront retirés du budget de la Ville, et les commerçants recevront, cette année, 71 millions de dollars en rabais.

À compter de 8 heures, lundi, les conseillers municipaux ont entendu le public au sujet de cette proposition avant d'en débattre pendant plusieurs heures.

Des centaines de commerçants étaient d’ailleurs arrivés une demi-heure avant la rencontre à l’hôtel de ville de Calgary pour s’assurer de bien faire entendre leur insatisfaction.

Ils demandaient au conseil municipal des actions concrètes, jugeant qu'il est actuellement difficile de faire des affaires à Calgary.

Les difficultés économiques dans la métropole depuis la chute du prix du baril de pétrole entraînent un taux d’inoccupation dans les immeubles de bureaux du centre-ville, qui oscille autour de 30 %.

Cela crée un manque à gagner important pour la Ville.

Pour compenser, la métropole a transféré en partie ce fardeau fiscal à des milliers d’entreprises, dont les impôts fonciers ont énormément augmenté.

« On est passé de 450 $ à 1300 $ par mois », dit David Rousseau, propriétaire d’Ollia Macarons&Tea, qui prenait part à la manifestation lundi.

Il dit que ses impôts fonciers ont augmenté de 170 % en trois ans.

« C’est très décevant qu’on en soit rendu à ce point-là parce que c’est difficile de faire un budget pour l’entreprise », ajoute-t-il.

Pour David Rousseau, ce genre de rabais n’est qu’une solution à court terme.

Le conseil municipal se retrouve tous les ans dans la même situation et il nous offre le même discours. On a l’impression qu’il n’a pas vu venir les choses.

David Rousseau, manifestant

Des conséquences à prévoir

Le conseiller municipal Evan Woolley a voté pour la proposition. Toutefois, selon lui, les compressions vont se faire sentir.

« Ces coupes budgétaires auront des conséquences sur les services de première ligne. C’est une réduction importante du budget sur une courte période », explique-t-il.

D’autres conseillers municipaux s’attendent même à voir des mises à pied.

Jioty Gondek, une autre conseillère municipale, pense que la Ville doit en plus discuter de sa dépendance aux recettes fiscales provenant des entreprises.

Le maire de Calgary, Naheed Nenshi, a écrit sur sa page Facebook samedi qu’il trouvait ce plan trop strict. « Je trouve que ce plan va trop loin, trop rapidement, pour des améliorations marginales », a-t-il écrit.

Il s’inquiétait aussi de voir des coupes de 60 millions de dollars dans le budget « sans savoir où elles seront faites ».

Il a tout de même voté pour la proposition avec l’ensemble du conseil municipal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique municipale