•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vestes de flottaison : une surveillance accrue des pêcheurs de l'Île-du-Prince-Édouard

Des pêcheurs chargent des casiers à homard sur leurs bateaux, à Tignish.

Pêcheurs de homard à Tignish, à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Rochford

Radio-Canada

Dès lundi, la Commission des accidentés du travail de l’Île-du-Prince-Édouard entamera une tournée des quais pour s’assurer que les pêcheurs sont munis de vestes de flottaison à bord de leurs bateaux.

La tournée des ports fait partie d’un plan d’éducation élaboré par la commission l’année dernière.

L’industrie des pêches est une industrie dangereuse , expliquait alors le directeur, Danny Miller.

On s’est concentré sur l’éducation et les récentes tragédies en mer à l’Île-du-Prince-Édouard nous ont rappelé qu’il y a encore beaucoup de travail à faire .

Quatre personnes ont perdu la vie lors d’une opération de pêche commerciale dans les eaux de la province, seulement en 2018.

Danny Miller explique que son équipe va patrouiller les ports pour voir si les pêcheurs portent un gilet de sauvetage. Si ce n’est pas le cas, on leur demanderont d’en enfiler un. Dans le cas où un pêcheur refuse, un ordre écrit de non conformité sera remis aux contrevenants.

Cet avis donnera un certain temps au pêcheur pour faire l’achat d’une veste de flottaison. S’il ne coopère toujours pas, un ordre d’arrêt de travail sera délivré.

Les pêcheurs seront informés des lieux de visites et ils auront le temps de se procurer le matériel nécessaire.

Avec les informations de Kevin Yarr de CBC

Île-du-Prince-Édouard

Accident de travail