•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un chien pour aider les jeunes en détresse à la DPJ de l'Outaouais

Un chien sur un coussin

Le chien Brao a été formé pour aider les jeunes en détresse émotionnelle.

Photo : Radio-Canada / Rachel Gaulin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les jeunes en détresse émotionnelle pris en charge par la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) en Outaouais peuvent compter sur un nouvel animal de compagnie.

Le chien Brao, un labrador de 19 mois, a été formé par la Fondation Mira et a été sélectionné pour son calme et pour son attirance particulière envers les enfants.

On peut se promener partout où il y a beaucoup de gens et Brao reste calme. Lorsqu'un enfant entre dans la pièce, c'est un tout autre chien. Il est super content, il va aller vers l'enfant, c'est inné chez lui , affirme Chantal Bérubé, spécialiste en activités cliniques à la DPJ.

Madame Bérubé et la directrice de la garde psychosociale à la DPJ, Véronique Dion, travaillent depuis maintenant 3 mois avec Brao, et les résultats sont concluants.

À notre grande surprise, nous sommes beaucoup plus en demande qu'on le pensait, il a été populaire rapidement , affirme Mme Dion.

« Quand on voit les enfants avec le chien, des enfants qui sont très nerveux face à un témoignage au tribunal, Brao arrive et nous sentons diminuer leur anxiété. S'ils commencent leur témoignage et qu'ils deviennent plus émotifs, le chien s'approche, ils flattent le chien et peuvent reprendre leur témoignage. »

— Une citation de  Véronique Dion, directrice de la garde psychosociale à la DPJ

L'idée de former un chien pour calmer les jeunes a d'abord été implantée par la sergente-détective Mélanie Bédard du Service de police de la Ville de Sherbrooke. Son expérience avec le chien Kanak a été tellement positive qu'elle a inspiré les intervenants de l'Outaouais.

Mélanie a fait connaître beaucoup le travail de Kanak, à l'impact qu'elle voyait sur la clientèle jeune et adulte , affirme Mme Dion. Nous, en voyant cela, on a tout de suite pensé aux petits avec lesquels on travaille depuis plusieurs années, on trouvait ça important d'avoir un outil de plus pour permettre aux enfants de diminuer leur anxiété.

Un chier sur un coussin

Le chien Brao a déjà aidé de nombreux jeunes depuis son arrivée en Outaouais il y a trois mois.

Photo : Radio-Canada / Rachel Gaulin

La présence d'un chien aide grandement les jeunes à se calmer notamment lors de témoignages au tribunal ou d'entrevues avec les policiers.

On a souvent été appelé au tribunal, soit pour des rencontres avec des avocats, soit pour un enfant qui témoigne au tribunal, pour des entrevues vidéo aussi avec des services policiers , affirme Chantal Bérubé. Parfois, c'est pour un accompagnement qu'on n’attendait pas, par exemple un jeune en crise qui arrive à nos bureaux.

Depuis son arrivée avec la DPJ de l'Outaouais, Brao a aussi visité de nombreux jeunes en centres de réadaptation ainsi que des enfants qui vivent des situations difficiles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !