•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : peu de quais installés dans les marinas de la région d'Ottawa et de Gatineau

Des hommes se promènent sur un quai auquel sont amarrés plusieurs bateaux.

La marina d'Oziles, du côté ontarien, était l'une des seules marinas ouvertes cette fin de semaine.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La chaleur des derniers jours encourage les plaisanciers à sortir leur bateau, mais rares sont les marinas de la région d'Ottawa et de Gatineau qui peuvent les accueillir. La crue printanière et le mauvais temps ont retardé l'installation des quais.

À la marina de Rockland, la rivière a presque complètement regagné son lit, laissant un tas de débris sur la plage. Malgré cela, les quais n'y sont pas installés.

Bob Beaudry, un résident de Rockland, a dû se mettre à la recherche d'un autre endroit pour mettre son bateau tout neuf à l'eau.

On essaie de trouver un endroit pour le lancer, car la plupart des endroits sont soit fermés ou les quais ne sont pas installés , explique-t-il.

Il a choisi de tenter sa chance au parc de l'île Pétrie, où se trouve l'une des rares marinas ouvertes. Michel Neveu qui travaille à la marina d'Oziles indique qu'ils sont ouverts depuis vendredi et que plusieurs plaisanciers sont venus.

Un homme en entrevue sur un quai. Derrière, une femme s’apprête à embarquer dans son kayak.

Michel Neveu a constaté que le stationnement de la marina était plein dimanche.

Photo : Radio-Canada

L'automne dernier, la marina a installé un bureau flottant, ce qui lui a permis d'ouvrir plus rapidement que les autres marinas cette année, au grand bonheur des visiteurs.

Ils ont travaillé fort malgré les inondations et les déluges qu'on a eus là. On voit là-bas tout une série de bateaux qui sont déjà installés et on a hâte de mettre le nôtre aussi.

Nicole Roussin, plaisancière

La sécurité est de mise

Les plaisanciers doivent toutefois faire preuve de prudence en raison des nombreux débris dans l'eau, notamment des branches et des troncs d'arbres, selon M. Neveu.

M. Beaudry fait de la sécurité sa priorité, malgré la fébrilité. Si je ne peux pas être en sécurité sur l'eau, je ne veux pas y être , résume-t-il.

De l'autre côté de la rivière des Outaouais, quelques bateaux sont amarrés au quai de la marina de Hull, qui n'est toujours pas officiellement ouverte.

Alors que le niveau des eaux continue de diminuer, il faudra attendre encore pour que tous les plaisanciers puissent s'adonner à leur passion.

Avec les informations d'Ismaël Sy

Ottawa-Gatineau

Infrastructures