•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

200 travailleurs recherchés par l'industrie touristique en Gaspésie

Les restaurants en Gaspésie ont de la difficulté à trouver de la main-d'oeuvre à temps plein pendant la saison touristique.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Radio-Canada

L'industrie touristique de la Gaspésie est de nouveau préoccupée cette année par la pénurie de travailleurs et la difficulté à combler certaines plages horaires. Les commerçants doivent aussi composer avec une main-d’œuvre qui ne veut pas toujours travailler à temps plein.

Les clients sont au rendez-vous, mais des restaurateurs ferment leurs portes certains soirs en raison d'un manque de cuisiniers et de plongeurs.

En tout, ce sont 200 travailleurs qui manquent pour combler les besoins dans la région, selon l’Association touristique régionale (ATR) de la Gaspésie.

Aujourd'hui, les étudiants sont plus exigeants. Ils profitent plus de la vie, ils veulent des congés et veulent fixer leur horaire eux-mêmes , observe Jacques Legault, restaurateur à Gaspé.

Quant au recours à l’immigration, le restaurateur ne le considère pas rentable en raison de la courte durée de la saison touristique.

Je me suis informé pour faire venir des immigrants et les loger, mais cela coûterait entre 4000 et 5000 dollars par personne pour les faire venir , explique-t-il. Cela n'a pas de sens pour un mois et demi ou deux mois pendant l'été.

Le restaurateur Jacques Legault

Le restaurateur Jacques Legault indique que les défis sont plus grands qu'auparavant pour recruter une main-d'oeuvre saisonnière à temps plein.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

La pénurie d'employés à temps plein fragilise la rentabilité de certaines entreprises, surtout à partir de la mi-août, lorsque les étudiants retournent sur les bancs d’école.

Le mois de septembre est plus achalandé qu'un mois de juin. Puis là, les étudiants ne sont plus disponibles et on a de la misère à recruter du monde à temps plein , explique Jean-François Gavioli, propriétaire d’une épicerie fine.

Cela se peut que cela prenne trois personnes pour occuper un poste qui prenait seulement une personne avant , croit la directrice générale de l’ATR de la Gaspésie, Joëlle Ross.

Je pense qu'il va falloir trouver des façons différentes de travailler avec nos employés et je pense qu'il va falloir bien les traiter pour les garder chez nous.

Avec les informations de Martin Toulgoat

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Tourisme