•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Immatriculation : les motocyclistes crient à l'injustice

Des centaines de motocyclistes manifestant devant l'Assemblée nationale, à Québec

Des centaines de motocyclistes ont manifesté devant l'Assemblée nationale, dimanche, pour protester contre la hausse des tarifs d'immatriculation.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Radio-Canada

Les motocyclistes ont fait une démonstration de force, dimanche, profitant d'une belle journée pour rouler et se rassembler devant l'Assemblée nationale, à Québec. Ils dénoncent la hausse des coûts d'immatriculation.

Les motocyclistes en ont assez. La hausse des tarifs d'immatriculation prévue de 2019 à 2021 ne passe pas.

À l'invitation de la Coalition des motocyclistes du Québec, les amateurs de moto ont manifesté leur colère, dimanche.

Malgré leurs dénonciations depuis l'an dernier et une pétition en ligne de plus de 75 000 noms, la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) n'a pas reculé.

Jusqu'à 325 $ de plus

Les propriétaires de tous les types de motocyclettes ont aussi subi une hausse de tarifs cette année. Leur contribution varie selon le montant réclamé en indemnisations dans leur catégorie de véhicule.

Les tarifs les plus salés sont réservés aux motos dites « à risque élevé d'accident », communément appelées les « racers ». Cette classification existe depuis 2006.

Ces conducteurs ont vu leur contribution d'assurance augmenter de 325 $ en 2019 par rapport à 2018. Il en coûte aujourd'hui plus de 1500 $ par année pour immatriculer son bolide.

Scène de l’accident. On aperçoit la moto accidentée, couchée sur le côté. À l’arrière-plan, on distingue des véhicules d’urgence stationnés sur la voie est de l’autoroute Dufferin-Montmorency, laquelle est bordée par le fleuve Saint-Laurent. Au loin se profile le centre-ville de Québec.

En 2018, 49 motocyclistes ont perdu la vie au Québec.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Nadeau

La hausse est aussi dure à avaler pour les propriétaires de motos standards.

« L'année dernière, ma moto me coûtait 450 $, maintenant c'est rendu 660 $ », affirme Jean-Pierre Fréchette, directeur général de la Fédération motocycliste du Québec, qui appuie la Coalition.

Pour un véhicule que tu utilises 4 mois par année, ça commence à être dispendieux.

Jean-Pierre Fréchette, directeur général, Fédération motocycliste du Québec

Le nombre de décès chez les motocyclistes est de 49 en 2018, soit le même nombre qu’en 2017. Il s’agit d’une légère augmentation par rapport à la moyenne pour la période de 2013 à 2017, qui est de 48 décès.

Source : Société de l'assurance automobile du Québec

Rencontre avec le ministre

La Coalition somme le gouvernement du Québec de tendre l'oreille à leurs revendications. Jean-Pierre Fréchette affirme qu'une rencontre est prévue prochainement avec le ministre des Transports, François Bonnardel.

S'il admet que les risques de conduire une moto sont plus élevés, comme en font foi les données de la Société de l'assurance automobile du Québec, M. Fréchette estime qu'il ne faut pas faire porter tout le poids financier à l'ensemble des motocyclistes.

Selon la SAAQ, il y a annuellement une réclamation pour 100 motos, une réclamation pour 30 « racers », comparativement à une réclamation pour 200 voitures.

Les motos haute performance ont six fois plus de risque d'être impliqués dans un accident causant des dommages corporels.

Québec

Transports