•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Séduits par le dynamisme économique à Yamachiche

Un immeuble en brique rouge, avec un commerce à droite de la photo et un bureau de notaire à gauche.

Le p'tit garde-manger vient tout juste d'ouvrir ses portes, à Yamachiche.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que les résidents de plusieurs petites localités au Québec assistent à la fermeture de leurs commerces avec impuissance, c’est plutôt le contraire qui se produit à Yamachiche, en Mauricie.

En moins d’un an et demi, quatre commerces ont vu le jour dans la petite municipalité d’environ 3000 habitants.

Indice de la présence d’un effet d’entraînement : un cinquième vient de s’ajouter.

Il s’agit d’une épicerie zéro déchet, un projet d’Israël Gélinas et de sa mère Céline Vincent.

Ils cherchaient une idée pour occuper ce local laissé vacant et après avoir mené une consultation sur Facebook, M. Gélinas a senti l’intérêt du public.

Les gens nous avaient dit à au moins 50, 60 % : “On veut une épicerie zéro déchet, en vrac, des produits bio”.

Une citation de :Israël Gélinas, copropriétaire du P’tit garde-manger

Pour Mme Vincent, le projet est aussi beau qu'inattendu.

Retour aux sources

Après une dizaine d'années passées à l'extérieur de la région pour ses études et pour commencer sa carrière de notaire, Israël Gélinas voulait revenir en Mauricie.

Il a choisi Yamachiche.

L'été passé, je revenais tous les week-ends chez mes parents dans le coin et je suis passé par Yamachiche et là je me suis dit : “Wow! Qu'est-ce qui se passe à Yamachiche?”, raconte-t-il. C'est dans l'air, c'est quelque chose qui se ressent. Je l'ai senti en débarquant de mon auto .

Une effervescence palpable

Une boulangerie, un gîte atelier, un petit café, une brasserie et maintenant, une épicerie zéro déchet ont vu le jour au cœur de la municipalité en moins d'un an et demi.

Le maire Paul Carbonneau y voit une sorte de roue qui tourne, dans laquelle chaque nouveau commerce apporte quelque chose à ses prédécesseurs.

Les gens s'accaparent [sic] la place et puis ça, j’aime ça. Il y a un sentiment d'appartenance.

Une citation de :Paul Carbonneau, maire de Yamachiche

Pour Israël Gélinas, revenir à Yamachiche signifie aussi joindre l'utile à l'agréable. Son nouveau commerce étant situé juste à côté de son bureau de notaire.

Avec sa mère, il souhaite maintenant que d’autres entrepreneurs choisissent aussi Yamachiche pour se lancer en affaires.

D’après le reportage de Marie-Pier Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !