•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un « village de tentes » temporaire pour sensibiliser à la crise du logement à l’Î.-P.-E.

des tentes plantées dans un parc à l'été et avec des citoyens qui discutent

En novembre 2018, la Société canadienne d'hypothèques et de logements a signalé un taux d'inoccupation de seulement 0,3 % à l’Î.-P.-E.

Photo : Radio-Canada / Sarah MacMillan/CBC

Radio-Canada

Une douzaine de locataires inquiets ont planté leurs tentes en plein coeur de Charlottetown samedi pour signaler qu'aucun locataire n’est à l’abri de l’itinérance. Les participants voulaient attirer l'attention sur la crise du logement qui sévit dans la province.

Il y a des gens qui sont très proches de cette réalité... il y a des gens qui vivent dans des voitures…

Volodymyr Zahorodniy doit quitter son appartement d'ici la fin du mois. Il cherche, pour lui et sa femme et ses trois enfants, un appartement abordable, mais n’arrive pas à en trouver un dans sa gamme de prix.

Je n'ai pas de mots pour expliquer ce que je pense et ce que je ressens... C'est très difficile à expliquer.

Volodymyr Zahorodniy
homme en laine se tient debout dans un parc et regarde la caméra

Volodymyr Zahorodniy cherche un logement pour lui et sa famille, mais difficile de trouver un logement abordable pour cinq personnes à Charlottetown.

Photo : Radio-Canada / Sarah MacMillan/CBC

« Village du mécontentement »

Il s’agit d’une dure réalité que vivent de nombreux locataires à Charlottetown. C’est pourquoi il s’est joint à une douzaine d’autres locataires, équipements de camping en mains, au centre-ville de Charlottetown samedi après-midi.

L’événement intitulé Village du mécontentement avait pour objectif de mettre les projecteurs surla crise de logement qui sévit à l’Île-du-Prince-Édouard.

La mobilisation a été organisée par le groupe P.E.I. Fight for Affordable Housing.

Voir les gens ici aujourd'hui est vraiment réconfortant. Cela montre au gouvernement qu'il y a une préoccupation croissante à ce sujet.

Jason Aylward, membre du groupe P.E.I. Fight for Affordable Housing

Depuis l'an dernier, le groupe milite pour les droits des locataires et pour des solutions à la crise du logement sur l'île.

Les participants ont campé plusieurs heures à Connaught Square en plein coeur de Charlottetown.

À l’Île-du-Prince-Édouard, l’itinérance est une réalité que plusieurs locataires appréhendent comme Volodymyr Zahorodniy.

À la fin du mois, je dois faire sortir ma famille. Donc je ne sais pas, probablement qu'on ouvrira la tente devant la maison, et on y vivra.

Volodymyr Zahorodniy

Crise du logement

En novembre 2018, la Société canadienne d'hypothèques et de logements a signalé un taux d'inoccupation de seulement 0,3 % sur l'île.

Il suffit de regarder les nouvelles de l'année dernière pour s'en rendre compte. Il y a des gens qui vivent dans des voitures.

Jason Aylward, membre du groupe P.E.I. Fight for Affordable Housing

Plus tôt cette semaine, le groupe a dressé une liste de priorités qu'il compte bien utiliser pour faire pression sur le gouvernement afin que des solutions soient mises en place pour enrayer la problématique.

Avec les informations de Sarah MacMillan de CBC News.

Île-du-Prince-Édouard

Immobilier