•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation monstre à Hong Kong contre un projet de loi facilitant les extraditions

Manifestation à Hong Kong pour protester contre un projet de loi facilitant les extraditions vers la Chine.

Photo : Reuters / Tyrone Siu

Reuters

Plus d'un million de personnes ont défilé dans les rues de Hong Kong dimanche, selon les organisateurs de la manifestation, pour dénoncer un projet de loi d'extradition qui permettrait de faciliter le transfert de suspects en Chine afin qu'ils y soient jugés.

Après sept heures de défilé, les organisateurs ont dit avoir comptabilisé 1 030 000 manifestants, deux fois plus que lors de la mobilisation de 2003 contre un projet de loi antisubversion qui avait contraint l'exécutif local à reculer.

Un porte-parole de la police a contesté ce chiffre, parlant de 240 000 protestataires « au plus fort de la manifestation ». La police avait mobilisé plus de 2000 agents pour encadrer la foule, qui a marché par une température de 32 degrés Celsius.

Des heurts ont eu lieu lundi aux premières heures entre plusieurs centaines de manifestants et un nombre similaire de policiers devant le siège du Conseil législatif, le Parlement hongkongais.

Foule de manifestants brandissant de petites pancartes.

Pendant la manifestation qui s'est déroulée à Hong Kong, des manifestants scandaient des slogans et brandissaient des pancartes contre le régime.

Photo : Reuters / Tyrone Siu

Les protestataires ont tenté de forcer le passage pour entrer dans le parlement, avant d'être repoussés par les policiers, qui ont fait usage de gaz poivré.

D'autres manifestants scandaient des slogans ou réclamaient la démission de Carrie Lam, la dirigeante de l'exécutif hongkongais.

Un large front

L'opposition au projet de loi, dont doit débattre à partir de mercredi le Conseil législatif, rassemble un large front de la société hongkongaise, allant des hommes d'affaires aux avocats et aux étudiants, en passant par les partisans de la démocratisation et les communautés religieuses.

Les changements envisagés sur la question des extraditions visent à simplifier les procédures permettant d'envoyer des suspects vers des pays ou territoires tiers, comme la Chine continentale, Macao et Taïwan, en plus des 20 pays avec lesquels Hong Kong dispose déjà de conventions d'extradition.

Quelques manifestants tiennent des parapluies jaunes et des pancartes.

Les manifestants tiennent des parapluies, symbole du mouvement prodémocratie qui a émergé lors des importantes manifestations dans la région en 2014.

Photo : Reuters / Tyrone Siu

C'est toutefois la perspective d'extraditions vers la République populaire de Chine qui alarme autant de gens à Hong Kong.

L'ancienne colonie britannique a été rétrocédée à la Chine en 1997, mais avec des garanties de son autonomie et de libertés, notamment celle de disposer d'un système judiciaire distinct.

Que ce soit dans le monde des affaires, au sein des communautés religieuses ou dans des organisations de la société civile, on conteste fortement l'équité et la transparence du système judiciaire chinois.

Plusieurs policiers empoignent le jeune homme, qui est au sol.

Des policiers tentent de maîtriser un manifestant.

Photo : Reuters / Thomas Peter

Politique internationale

International