•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alphabétisation : CODAC NB célèbre 30 ans d’apprentissage

Diplômés posant avec leurs certificats.

CODAC NB insiste pour célébrer la réussite.

Photo : Radio-Canada / Camille Bourdeau

Le conseil pour le développement de l'alphabétisme et des compétences des adultes francophones du Nouveau-Brunswick (CODAC NB) souffle ses 30 bougies cette année. L’organisme se réjouit de ses accomplissements, mais juge que le travail n’est pas terminé.

C’est en 1989 que la Fédération d’alphabétisation du Nouveau-Brunswick voit le jour. Son président fondateur, Roger Doiron, était alors préoccupé par les statistiques peu encourageantes sur le niveau d’alphabétisation des francophones au Nouveau-Brunswick.

Au départ, l’organisme s’était engagé à promouvoir l’importance de l'alphabétisation dans la société. La fédération, devenue CODAC NB, se dévoue aujourd'hui à mettre en valeur l’apprentissage sous toutes ses formes.

Alors que les employeurs misent davantage sur les compétences scolaires, la présidente de CODAC NB, Ghislaine Foulem, croit qu’il faut mettre en valeur les apprentissages informels et favoriser l’alphabétisation.

Ghislaine Foulem

Ghislaine Foulem, présidente de CODAC NB.

Photo : Radio-Canada / Camille Bourdeau

Selon elle, cela permettrait aux gens de mieux comprendre leur société, de mieux y participer et de développer des personnes complètes et accomplies .

Des personnes qui n’ont pas leur diplôme d’études secondaires ont souvent acquis des compétences dans leurs expériences de vie. Mais ces compétences-là ne semblent pas prises en compte lorsqu’on rédige un curriculum.

Ghislaine Foulem, présidente de CODAC NB

L’alphabétisation, encore un enjeu important

Au cours des trente dernières années, CODAC NB a créé une vingtaine de différentes formations d’écriture, de programmes d’accompagnement d’adultes ou d’accompagnement des familles.

L’analphabétisme demeure un enjeu de société important, notamment parce qu’il représente souvent un critère d’embauche obligatoire.

Ici, en Acadie,  62 % des gens sont peu alphabétisés, donc ils ne contribuent pas pleinement à l'essor économique, culturel et social de notre communauté , se désole Ghislaine Foulem.

Je pense qu’on est en train de devenir un leader dans le domaine de l’alphabétisation , observe avec optimisme la présidente de CODAC NB. Il faut continuer parce que le travail ne fait que commencer , dit-elle.

Reconnaissance et fierté pour les diplômés

Depuis deux ans, CODAC NB accompagne également les adultes qui reprennent les études pour obtenir un certificat d’équivalence d’études secondaires (GED).

Isabelle Gaudet et sa fillette à une table à pique-nique.

Isabelle Gaudet.

Photo : Radio-Canada / Camille Bourdeau

Habituellement, les étudiants reçoivent simplement leur diplôme par la poste, mais CODAC NB insiste pour célébrer leur réussite devant toute la famille, comme on le fait au secondaire.

Quand tu termines la 12e année, tu as une graduation, et je pense que ça permet de montrer aux enfants que tout le monde est capable [de réussir].

Douglas LeBlanc, diplômé du GED

Pour Isabelle Gaudet, qui avait quitté les bancs d’école pour aller travailler en Alberta, le retour aux études n’était pas un choix facile.

Ça m’a pris beaucoup de temps parce que j’ai arrêté pour mon congé de maternité , explique la jeune mère. Elle est fière de pouvoir servir de modèle à sa fillette, qui a 2 ans.

C’était ma motivation de la regarder grandir. Je savais qu'il fallait que je fasse une vie pour elle , dit Mme Gaudet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !