•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À peine ouverte, la nouvelle boutique Goop doit retirer des produits de ses tablettes

Gwyneth Platrow sur une scène. Elle tient des cartons dans ses mains. Derrière elle apparaît en grosses lettres le nom de l'événement.

Gwyneth Platrow anime une discussion lors de l'événement In Goop Health à Los Angeles, en mai

Photo : getty images for goop / Neilson Barnard

Radio-Canada

La gourou du bien-être féminin Gwyneth Paltrow a enfin ouvert une première boutique Goop au Canada, mais une mauvaise surprise attendait ses employés de Toronto lors de leur première journée : des inspecteurs de Santé Canada. Au terme de leur visite, deux produits cosmétiques ont été retirés des tablettes.

D'après un texte de Katie Nicholson et Madeline McNair, CBC News

Dans une déclaration envoyée à CBC News, Santé Canada confirme que ses inspecteurs se sont rendus au magasin et y ont trouvé deux écrans solaires de marque Beautycounter qui ne sont pas approuvés pour la vente au Canada.

Goop, qui a accepté de retirer volontairement les produits de ses tablettes, n’a pas encore commenté l’affaire. Sur son site, l’entreprise affirme toutefois suivre un « ensemble de bonnes pratiques manufacturières ». Goop dit également appuyer ses affirmations sur des faits vérifiés, en plus d’exiger des tests de métaux lourds sur les produits qu’elle vend.

Pour qu’ils soient vendus légalement, Santé Canada exige que tous les produits de santé naturels soient soumis à des tests afin de s'assurer qu'ils ne contiennent aucun ingrédient nocif et que leur contenu correspond à leur étiquette. Une fois approuvés, ces produits reçoivent un numéro de produits de santé naturels, qui apparaît sur leur emballage.

Dans le cas des écrans solaires, la terminologie sur les étiquettes ne doit pas laisser entendre qu'une crème peut bloquer entièrement les rayons, puisque ce n'est pas possible.

« Nous avons appris que deux écrans solaires destinés au marché américain avaient été envoyés au Canada par inadvertance, a réagi Goop dans un communiqué publié lundi. Les règles canadiennes exigent des emballages différents. Le produit lui-même respecte la régulation canadienne et est identique à celui qui est vendu aux États-Unis. Ce problème d'étiquette a depuis été résolu. »

La compagnie a affirmé qu'elle avait contacté Santé Canada afin de s'assurer que la totalité de ses produits respecte les normes, voire les dépassent.

Les règles en question sont donc très strictes en ce qui concerne la vente de produits en magasin. Or, elles sont nettement plus laxistes lorsqu’il s’agit de vente en ligne. En fait, une faille dans la réglementation de Santé Canada permet à Goop de vendre en ligne les produits qu’elle a pourtant dû retirer de ses tablettes.

Le mot «Goop» est inscrit en lettrage blanc sur une vitrine de commerce.

La première boutique canadienne de Goop a ouvert ses portes vendredi dernier à Toronto.

Photo : CBC / Katie Nicholson

Selon l’organisme de régulation fédéral, les consommateurs canadiens peuvent acheter en ligne des produits naturels non approuvés et se les faire expédier au Canada, tant que ceux-ci sont destinés à un usage personnel.

Un risque inutile, dit une gynécologue obstétricienne

Cette faille dans la réglementation inquiète la Dre Jen Gunter, une critique plutôt virulente de Goop et des produits naturels commercialisés sur la base d'allégations sans fondement.

Plusieurs études montrent également que ces produits ne contiennent pas toujours ce que leur étiquette indique. Parfois, ils sont frelatés.

Jen Gunter, médecin

La Dre Gunter met donc en garde les Canadiens qui achètent des produits non approuvés. Il s’agit d’un risque inutile, selon elle.

« Ils peuvent contenir des antidépresseurs ou une autre substance qui pourrait interagir avec un médicament que vous prenez, et vous pourriez avoir une réaction », explique-t-elle.

Par exemple, si vous prenez un médicament contre l’épilepsie, il se pourrait qu’une de ces substances interagisse avec lui et le rende moins efficace. Vous pourriez alors être plus susceptible d’avoir une crise, illustre la médecin.

Santé Canada devrait intensifier ses efforts pour réglementer la vente de produits naturels en ligne, estime Jen Gunter. « Si c’est important de protéger les Canadiens, il devrait en être de même pour toutes les sources d’exposition potentielle aux produits. »

Interpellé par CBC News, Santé Canada n’a pas souhaité faire de commentaires concernant cette faille dans sa réglementation.

Depuis janvier 2015, l’organisme fédéral a approuvé 34 443 produits de santé naturels pour la vente au pays. Environ 1900 produits sont quant à eux rejetés chaque année depuis 2004. Une fois un produit approuvé, Santé Canada effectue un suivi et reçoit les plaintes formulées par les consommateurs au sujet de sa commercialisation.

Consommation

Économie