•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une candidate conservatrice demande de reporter la date des élections fédérales

Chani Aryeh-Bain avec le chef conservateur, Andrew Scheer, dans une photo publiée sur la page Facebook de la candidate le 5 avril dernier.

Chani Aryeh-Bain convoite la circonscription torontoise d'Eglinton-Lawrence, que les libéraux ont ravie à l'ex-ministre conservateur Joe Oliver, en 2015.

Photo : tirée de la page Facebook de Chani Aryeh-Bain

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une candidate conservatrice de l'Ontario demande à la Cour fédérale de reporter le jour des élections fédérales, puisqu'elles se tiendront en même temps qu'une fête juive.

Le jour des élections ne peut avoir lieu plus tard que le 21 octobre en vertu de la loi, mais Chani Aryeh-Bain demande aux tribunaux d'ordonner à Élections Canada de choisir une nouvelle date pour le scrutin.

Le 21 octobre se tiendra lors d'une célébration juive appelée Chemini Atseret, jour où les juifs orthodoxes n'ont pas le droit de travailler, de voter ni de faire campagne.

L'avis de demande déposé jeudi allègue que le refus d'Élections Canada de changer la date est déraisonnable.

Mme Aryeh-Bain espère regagner la circonscription torontoise d'Eglinton-Lawrence, où les libéraux avaient défait l'ancien ministre des Finances Joe Oliver, en 2015.

Le nom d'une citoyenne de la circonscription de York-Centre, Ira Walfish, apparaît également dans l'avis d'application. York-Centre est une autre circonscription que les libéraux avaient dérobée aux conservateurs en 2015, et Mme Walfish participe à l'association de circonscription du Parti conservateur.

B'nai Brith Canada envisage d'intervenir dans l'affaire, après avoir soulevé la question auprès d'Élections Canada en avril.

L'organisation souligne que sur trois des quatre jours de vote par anticipation – qui se tiennent les vendredi, samedi, dimanche et lundi de la semaine précédant les élections – les juifs pratiquants ne pourront pas se rendre aux urnes.

« Ce litige n'aurait pas dû être nécessaire », a déclaré Michael Mostyn, président et chef de la direction du groupe, dans un communiqué.

« Le Directeur général des élections a le pouvoir discrétionnaire de changer le jour du scrutin pour éviter "un jour d'importance culturelle ou religieuse" [...] mais il n'a inexplicablement pas réussi à franchir cette étape tout à fait logique. »

Élections Canada n'avait pas répondu à un message de La Presse canadienne au moment d'écrire ces lignes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !