•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Fédération des médecins spécialistes ouverte à la fermeture de certains blocs opératoires

Diane Francoeur s’entretient avec la journaliste de Radio-Canada Fanny Samson dans les couloirs du Centre des congrès de Québec.

La présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, Diane Francoeur

Photo : Radio-Canada

Édith Drouin

La Fédération des médecins spécialistes du Québec admet « qu’en cas de très faible volume », des blocs opératoires peuvent être fermés pour « regrouper les effectifs » et assurer une continuité des services.

Cette déclaration a été faite vendredi, à la suite d’une série d’échanges par médias interposés avec le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS), un échange déclenché par la fermeture partielle du service d'obstétrique à Amqui.

La présidente de la Fédération, Diane Francoeur, dit ne pousser aucun raisonnement à l’extrême et être en accord avec le fait que certains blocs opératoires doivent être fermés lorsque le volume de patients est trop bas.

Il y a une question de volume. Si dans un petit centre, avec un centre qui est à une demi-heure, où on a juste, par exemple 50 naissances par année, c’est sûr qu’il faut se poser la question : “est-ce qu’on doit garder tous ces centres-là ouverts?”

Diane Francoeur, présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec
Hôpital d'Amqui

Hôpital d'Amqui

Photo : Radio-Canada

Mme Francoeur précise par contre que le gouvernement doit mettre en place des plans de contingences dans ces cas.

Elle ajoute d’ailleurs que tous les transferts en obstétrique devraient se faire par ambulance, en citant le cas récent d’une femme qui a accouché dans sa voiture entre La Malbaie et Québec.

On ne pas niaiser avec ça, l’obstétrique, quand c’est fini, on sait comment ça a été, on ne peut jamais prévoir.

Diane Francoeur déplore que le gouvernement Legault veuille réduire le nombre de résidents en médecine spécialisée.

Le Cabinet du premier ministre réplique que le gouvernement veut simplement rétablir le ratio des résidences de 55 % en médecine familiale et 45 % en médecine de spécialité, une règle qui a été établie sous une administration précédente.

La CAQ affirme que le pourcentage de postes de résidents en médecine familiale a chuté au cours des dernières années, mais qu’il est à nouveau en croissance.

Pour ce qui est de la situation à Amqui, où le service d’obstétrique est fermé une semaine sur deux, Mme Francoeur dit avoir trouvé un chirurgien de Rimouski en mesure de faire des césariennes. Elle a communiqué son nom au Ministère et attend les autorisations nécessaires.

Bas-Saint-Laurent

Établissement de santé