•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un « centre des opérations » sur le pied de guerre pour défendre le pétrole albertain

Jason Kenney parle devant un podium. Des gens sont debout derrière lui.

Jason Kenney était à Calgary vendredi pour rencontrer des acteurs de l'industrie pétrolière.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’équipe tactique chargée par Jason Kenney de « dire vraiment la vérité » sur le pétrole albertain n’est pas tout à fait formée, mais le premier ministre a déjà discuté de ses objectifs lors d'une rencontre avec des membres de l'industrie pétrolière vendredi.

De passage à Calgary vendredi, Jason Kenney est revenu sur le lancement de ce « centre des opérations » ( War Room) de 30 millions de dolllars, avec les principaux acteurs de l’industrie.

Il avait peu de détails à donner sur la date officielle de ce lancement ou la composition exacte de son équipe, mais il en a profité pour marteler lui-même les messages qu’il souhaite lancer au gouvernement fédéral au sujet des pipelines.

Il a notamment plaidé une nouvelle fois auprès du Sénat pour lui demander de laisser tomber le projet de loi C-48, qui restreindrait la circulation maritime de pétrole au large de la Colombie-Britannique.

Une campagne publicitaire de 3 millions de dollars a déjà été lancée pour convaincre Ottawa d’approuver le projet Trans Mountain.

Sonya Savage est debout devant un camion qui porte un grand écriteau disant « Ottawa, nous avons un problème », sur la colline du Parlement.

La ministre albertaine de l'Énergie, Sonya Savage, s'est récemment rendue à Ottawa pour faire pression sur le gouvernement fédéral afin d'accélérer l'approbation des pipelines.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Une alliance avec Québec

Jason Kenney a aussi l’intention de se rendre au Québec la semaine prochaine pour rencontrer le gouvernement de François Legault. Il affirme que le centre des opérations mènera « beaucoup d’activités » dans la Belle Province.

J’y serai souvent, parce qu’il faut transmettre le message d’une alliance entre l’Alberta et le Québec comme partenaires économiques.

Jason Kenney, premier ministre de l'Alberta

Le centre des opérations sera établi à Calgary, mais il mènera des activités dans tout le pays et sur la scène internationale. Un nombre indéterminé de fonctionnaires y travaillera. Des sous-traitants pourraient être embauchés, par exemple pour gérer des campagnes sur les réseaux sociaux.

Vivian Krause, qui a participé aux discussions vendredi, se réjouit de voir le projet se mettre tranquillement en branle.

Il ne fait aucun doute, selon elle, que l’économie albertaine souffre en raison des messages antipétrole propagés par des groupes d’intérêts américains, entre autres. « Finalement, on a un politicien qui a le courage de s’attaquer à ce problème », dit-elle.

Un théâtre politique, selon Greenpeace

Les groupes environnementalistes ne se laissent pas décourager par le plan du gouvernement albertain. Selon Greenpeace, les commentaires du premier ministre témoignent d’un aveuglement volontaire au sujet des effets néfastes des sables bitumineux sur l’environnement.

« Nous comprenons que certains voudraient que le boom pétrolier dure éternellement et que les changements climatiques n'existent pas, mais ce n'est pas le monde dans lequel nous vivons », dit le responsable de la campagne Climat-Énergie, Patrick Bonin.

Jason Kenney peut dépenser 30 millions de dollars dans un théâtre politique pour nous distraire de la gravité mortelle des avertissements des scientifiques, mais cela n’empêchera pas les feux de forêt, les canicules et les inondations de s'aggraver.

Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie

Le centre des opérations sera partiellement financé par les taxes sur les grands émetteurs de CO2. Dix millions de dollars seront également tirés du budget publicitaire du gouvernement. Le premier ministre devrait bientôt annoncer qui sera à la tête du groupe.

Alberta

Politique provinciale