•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un plan pour stopper l'invasion de carpes asiatiques dans la région des Grands Lacs

L'une des espèces de carpe asiatique : la carpe de roseau

L'une des espèces de carpe asiatique : la carpe de roseau

Photo : iStock

Radio-Canada

Les maires des villes de la région des Grands Lacs veulent empêcher les carpes asiatiques d'envahir le lac Michigan.

Ils ont approuvé un plan de 1 milliard de dollars qui doit maintenant recevoir l'assentiment du Congrès.

Le plan prévoit l'installation de haut-parleurs sous-marins à haute fréquence, de barrières électriques et de « rideaux de bulles » à l'écluse et au barrage de Brandon Road, près de Joliet, sur la rivière Illinois, à environ 64 kilomètres du lac Michigan.

Au Québec, une seule carpe a été pêchée dans le fleuve, par hasard, à la hauteur de Contrecoeur. C'est un pêcheur d'esturgeon commercial qui a attrapé la carpe, un spécimen de 30 kilos que le chercheur et biologiste Gilbert Cabana surnomme affectueusement « la grosse Bertha ».

En entrevue à l'émission Le 15-18, le professeur d'écologie aquatique au Département des sciences de l'environnement de l'Université du Québec à Trois-Rivières a expliqué qu'il existait quatre types de carpes asiatiques (noire, argentée, à grosse tête et de roseau) et que le spécimen pêché était une carpe de roseau. Ce poisson consomme des plantes aquatiques et peut représenter un danger pour l'écosystème du lac Saint-Pierre.

Selon les données à la disposition du chercheur, la carpe venait des Grands Lacs. Cependant, rien n'indique que cette carpe était la seule représentante de son espèce dans le fleuve.

La carpe asiatique peut manger, chaque jour, jusqu'à 40 % de son poids.

Avec les informations de CBC

Protection des écosystèmes

Environnement