•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un printemps très sec constaté en Colombie-Britannique

Des gens se prélassent au soleil sur une plage de Vancouver.

Selon Environnement Canada, les précipitations ont représenté la moitié de leurs taux historiques dans certains régions de la Colombie-Britannique.

Photo : Evan Mitsui/CBC

Radio-Canada

Les mois de mars, avril et mai étaient « considérablement plus secs » qu’à la normale dans certaines régions de la Colombie-Britannique révèlent des données d’Environnement Canada.

Les températures printanières étaient également plus chaudes que les moyennes historiques.

Moins de précipitations

Selon l'agence météorologique, dans certaines régions, les précipitations ont représenté la moitié de ce qui tombe habituellement.

Certaines régions ont reçu entre 40 à 70 pour cent des précipitations qu'elles reçoivent en moyenne a déclaré vendredi le météorologue d'Environnement Canada, Trevor Smith.

Comox, Kelowna et Prince George n'ont jamais eu un printemps aussi sec et Fort Nelson a connu son deuxième printemps le plus sec.

Conserver son eau

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a déplacé l'indice de sécheresse pour l'île de Vancouver et les îles du Golfe au niveau 3, nécessitant des mesures volontaires de conservation de l'eau.

Ces réductions volontaires s'appliquent à tous les consommateurs d'eau, y compris les habitants, les entreprises, les agriculteurs et les municipalités, a déclaré le ministère des Forêts, des Terres, de l'Exploitation des ressources naturelles et du Développement rural.

L'inquiétude grandissante face à la sécheresse survient alors que de nouvelles températures sèches et chaudes sont attendues sur l'île de Vancouver au cours de la semaine à venir.

Avec les informations de CBC News

Colombie-Britannique et Yukon

Conditions météorologiques