•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Satellites : « le Canada joue avec le feu »

Des ingénieurs préparent les trois satellites de la mission de la Constellation RADARSAT aux à la base aérienne Vandenberg en vue de leur lancement.

Préparation des trois satellites de la mission de la Constellation RADARSAT à la base aérienne Vandenberg en vue de leur lancement.

Photo : MDA/Agence spatiale canadienne

Marc Godbout

Le projet spatial canadien le plus important et le plus coûteux de la dernière décennie est sur le point de franchir une étape cruciale. Trois satellites devraient finalement être lancés mercredi pour remplacer RADARSAT-2. Mais cette longue aventure soulève de nombreuses questions.

Chaque lancement comporte un certain risque. Aussi minime soit-il, ce jour-là, le gouvernement canadien retiendra son souffle. Il a grandement besoin de ses trois satellites.

Si jamais le décollage de la fusée Falcon 9 devait mal tourner mercredi prochain en Californie, le Canada se retrouverait dans une situation particulièrement délicate et gênante.

Le pays ne dispose que d’un seul satellite radar opérationnel, RADARSAT-2. Celui-ci est en orbite depuis 2007. L’engin a entrepris sa douzième année d’activité. Or, sa durée de vie utile est estimée à sept ans.

Une photo d'une fusée Falcon 9 semblable à celle qui transportera les trois satellites de la Constellation RADARSAT du gouvernement du Canada.

Les trois satellites de la Constellation RADARSAT du gouvernement du Canada seront lancés mercredi dans une fusée Falcon 9 semblable à celle-ci.

Photo : Getty Images

C’est un peu comme si Ottawa devait remplacer un chauffe-eau, mais qu’il avait tardé à le faire et se croisait les doigts. Sauf que dans ce cas-ci, il s'agit à la fois d'un enjeu de sécurité nationale, de souveraineté, d’environnement et d’économie.

Le Canada joue avec le feu, mais il ne s’est pas encore brûlé. Nous sommes très chanceux que RADARSAT-2 dure plus longtemps que prévu.

Michael Byers, Chaire de recherche du Canada en politique mondiale et en droit international

Rôle critique

RADARSAT-2 permet de faciliter la surveillance des mers et des glaces, la gestion des catastrophes et l’observation de l’environnement. En tout, 14 ministères fédéraux ont recours à ses données, en comptant la Défense nationale.

Encore tout récemment, le satellite a pu jouer un rôle crucial lors des inondations au Québec et en Ontario. Il a permis de suivre l’évolution des crues printanières et de mesurer l’étendue des dommages. Les radars peuvent voir au travers des nuages et observer les inondations au centimètre près , a rappelé Ressources naturelles Canada.

Ressources naturelles Canada a produit des cartes en temps quasi réel de l'étendue des inondations du printemps 2019 dans la région d'Ottawa-Gatineau à partir d'images de RADARSAT-2 destinées aux interventions d'urgence. Cette image du 26 avril 2019 montre la végétation inondée (vert) et les inondations en eau libre (bleu foncé) sur la rivière des Outaouais.

Ressources naturelles Canada a produit des cartes en temps quasi réel de l'étendue des inondations du printemps 2019 dans la région d'Ottawa-Gatineau à partir d'images de RADARSAT-2 destinées aux interventions d'urgence. Cette image du 26 avril 2019 montre la végétation inondée (vert) et les inondations en eau libre (bleu foncé) sur la rivière des Outaouais.

Photo : RADARSAT-2 / MacDONALD, DETTWILER AND ASSOCIATES /Agence spatiale canadienne

Trois, deux, un... retards

Les trois nouveaux satellites baptisés Constellation RADARSAT devraient avoir pris la relève depuis déjà un bon moment. Leur lancement était prévu dès 2014.

Pas de doute que ce sont de très bons satellites. C'est extrêmement important. La Défense nationale les attend impatiemment pour mieux surveiller les océans et le littoral , précise Michael Byers, de la Chaire de recherche du Canada en politique mondiale et en droit international.

Mais les retards se sont multipliés, ainsi que les dépassements de coûts. En 10 ans, la facture de la mission Constellation RADARSAT a doublé, passant de 600 millions de dollars à plus de 1,2 milliard de dollars.

Les coupes importantes imposées à l’Agence spatiale canadienne par le gouvernement Harper n’ont certes pas aidé. En plus de plonger le projet dans une longue période d’incertitude, les conservateurs ont contribué à l’explosion des coûts en tardant à approuver la fabrication des trois satellites.

Il faut savoir qu’à l’origine, les trois satellites de la Constellation RADARSAT ne devaient pas tous être lancés en même temps, mais que les plans ont changé en cours de route. N’y a-t-il pas un risque de les envoyer dans une seule fusée?

Il y a un risque oui, comme n’importe quel lancement [...] La décision confirme qu’on était plus gagnants de lancer les trois satellites en même temps , a répondu Steve Iris, gestionnaire de mission à l'Agence spatiale canadienne. Il ajoute qu’il y a également « une question de réduction de coûts ».

Une photo montre un ingénieur de l'entreprise MDA qui effectue des travaux sur une des trois satellites canadiens de la Constellation RADARSAT qui doivent être lancés cette semaine

Un ingénieur de l'entreprise MDA effectue des travaux sur un des trois satellites canadiens de la Constellation RADARSAT qui doivent être lancés cette semaine.

Photo : Radio-Canada / Marc Godbout

Le risque d’échec du lancement est estimé à 5,5 %, selon un document interne de l’Agence spatiale canadienne daté de mars 2018. Or, les conséquences pourraient être lourdes.

Si le gouvernement du Canada décidait d’aller de l’avant avec l’option de reconstruire les trois satellites, s’ils sont détruits, cela coûterait de 450 à 600 millions de dollars et prendrait de trois à quatre ans , a répondu par écrit l’Agence.

L'explosion qui a tout changé

C’est la compagnie SpaceX qui a le contrat pour lancer les trois satellites canadiens. Une de ses fusées a déjà explosé après avoir décollé en juin 2015, provoquant un effet de dominos sur le calendrier des activités à la base aérienne Vandenberg, en Californie.

C’est notamment pour cette raison que la mise en orbite des satellites Constellation RADARSAT a été repoussée à au moins sept reprises depuis l’automne.

Et selon un document confidentiel du gouvernement, obtenu l’an dernier par CBC, le retard signifiait que l'Agence spatiale canadienne allait devoir s'appuyer sur des données moins complètes de RADARSAT-2 et pour plus longtemps que prévu. Conséquence : des coûts supplémentaires d’au moins 54 millions de dollars.

Tout ne sera pas joué pour autant mercredi. Après le lancement, les trois satellites devront ensuite être mis en service. Il s’écoulera entre trois et six mois avant qu’ils ne soient pleinement opérationnels.

Le lancement, c'est une chose, mais il ne faut pas perdre de vue qu'une série d'étapes importantes suivront et devront être franchies jusqu'à la mise en service, à l'automne , précise Marc Boucher, éditeur du site de nouvelles SpaceQ.

La nervosité pourrait quand même durer quelques semaines.

Marc Boucher, éditeur de SpaceQ
Vue du décollage d'une fusée Falcon 9 de l'entreprise SPACEX à la Base aérienne Vandenberg en Californie

Une fusée Falcon 9 de l'entreprise SPACEX décolle de la Base aérienne Vandenberg, en Californie

Photo : Getty Images / Paul Hennessy/NurPhoto

Michael Byers croit qu’Ottawa devrait tirer des leçons. « La première chose que le gouvernement devrait faire, une fois que les trois satellites seront opérationnels, c’est d’accorder le contrat pour construire les prochains satellites, et ainsi éviter un vide », explique-t-il.

Ottawa ne pourra pas se permettre d’attendre. La durée de vie utile des nouveaux satellites est la même que celle de RADARSAT-2, soit sept ans.

Il faut donc déjà penser à concevoir la prochaine génération. Mais pour l’instant, il n'y a pas de plan sur la table à dessin ni de financement.

Politique fédérale

Politique