•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pétition pour exiger que la Fonderie Horne diminue ses émissions d'arsenic

Un quartier résidentiel juste à côté d'une zone industrielle.

Les enfants du quartier Notre-Dame, à Rouyn-Noranda, sont surexposés à l'arsenic.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Boualem Hadjouti

Le Comité arrêt des rejets et émissions toxiques (ARET) de Rouyn-Noranda lancera le 19 juin une pétition pour exiger que la Fonderie Horne respecte les normes de rejets d'arsenic dans l'air.

Il y a quelques semaines, Radio-Canada révélait que le ministère de l'Environnement du Québec permet à l'entreprise d'émettre jusqu'à 67 fois plus d'arsenic.

La révélation fait suite à la divulgation des résultats d'une étude menée en 2018 par la Direction de la santé publique de l'Abitibi-Témiscamingue sur les enfants du quartier Notre-Dame.

L'étude a démontré que ces enfants sont près de quatre fois plus contaminés à l'arsenic que la moyenne, une substance cancérigène.

Le comité ARET veut mobiliser les citoyens pour forcer la Fonderie Horne à respecter les normes provinciales d'émission de cette substance.

L'objectif c'est de la transmettre aux élus qui sont dans ce dossier. Ce qu'on veut, c'est de démontrer qu'ici à Rouyn-Noranda, on mérite d'avoir la même norme [de rejet de l'arsenic] que partout ailleurs et que la population se sente concernée par cette situation-là. [C'est aussi de dire] qu'il n'y a pas de compromis à faire sur la santé publique par rapport à cette question, déclare la porte-parole du comité, Valérie Fournier.

Le lancement de la pétition papier aura lieu à l'Agora des arts.

Abitibi–Témiscamingue

Santé publique