•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après le crash, la renaissance de Jipé Dalpé

Jipé Dalpé

Le Sherbrookois signe un troisième opus, Le Crash.

Photo : Radio-Canada / Anik Moulin

Anik Moulin

Il a été trois ans et demi loin de sa guitare, de sa trompette et de tout ce qui touche la musique. Jipé Dalpé ne boudait pas ce qui le passionnait depuis toujours. Non. Ce qui l'empêchait de chanter, ce sont les conséquences d'un grave accident de voiture dont il a été victime.

Après une soirée, j'ai pris un taxi Uber et mon chauffeur a décidé qu'il n'arrêtait pas à une lumière rouge. On s'est fait rentrer dedans solide. Commotion cérébrale, fracture au sternum, hernie discale, labyrinthite et j'en passe.

Il revient de loin le Sherbrookois dont le troisième opus, Après le Crash, vient d'atterrir dans les bacs des disquaires. Un album que l'on dit plus viscéral, personnel et percutant auquel Ariane Moffatt, Marie-Pierre Arthur et David Goudreault ont collaboré. La commotion cérébrale, c'est une drôle de bibitte. Ça a fait en sorte que je bégayais, je n'étais plus capable de faire des phrases, de réfléchir. Juste envoyer un courriel, c'était la fin du monde. C'était une corvée. Je n'étais plus moi-même. Je ne sentais plus mes mains, j'avais des problèmes aux nerfs des bras. Il y en avait pas mal.

D'un naturel optimiste, Jipé Dalpé était loin de se douter que ces problèmes de santé le suivraient aussi longtemps. Au départ, je n'étais pas conscient de tout ce que ça voulait dire. Je ne pouvais pas prévoir que ça durerait des années. J'étais amoché, mais je ne pouvais pas prévoir que ça prendrait des années. Au début, je prenais ça au jour le jour. Quand j'ai compris que ça pourrait me coûter ma carrière, mais aussi ma vie, là j'ai paniqué.

Quand les premières phrases sont sorties. Quand j'ai pu m'asseoir, prendre du temps et écrire, tout d'un coup ça a déboulé. C'est comme si j'avais repris mon souffle. J'ai réalisé à quel point je ne peux pas pas faire de musique!

Jipé Dalpé

Un tel crash dans une vie amène son lot de réflexions et de remise en question. L'arrêt forcé, ça m'a obligé à prendre un recul que je n'avais jamais pris sur ce que je faisais. Maintenant, je n'ai plus envie de faire de détour dans ma musique, dans mes chansons. Il y a une sorte de cadeau à travers cette bad luck. Je ne suis pas la même personne. Je garde ce que j'étais, mais je ne ferai plus de la même musique qu'avant. Je veux du vrai. Le temps que je passe ici, je veux qu'il soit entier avec du monde que j'aime. Je veux profiter à 100 %.

Aujourd'hui, Jipé va super bien et est peut-être même plus en forme que jamais. J'ai appris à composer avec certains trucs pour faire mon métier. Je ne peux plus jouer de la guitare pendant six heures comme avant. J'ai aussi choisi, dans certaines chansons, de ne pas jouer de guitare. Je fais alors autre chose avec mon corps ce que je ne faisais pas avant.

Le Sherbrookois sera en spectacle aux Francos de Montréal le 20 juin et le 10 juillet, on pourra l'entendre à la Place de la Cité dans le cadre des Concerts de la Cité de Sherbrooke.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Musique chanson/pop