•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Puigdemont de nouveau incapable d’entrer au pays, Ottawa accusé de se traîner les pieds

L'ex-président de la Catalogne, Carles Puigdemont

L'ex-président de la Catalogne, Carles Puigdemont, se voit refuser l'entrer au Canada pour une deuxième fois.

Photo : AFP/Getty Images / Tobias Schwarz

Radio-Canada

Carles Puigdemont ne visitera finalement pas le Québec au cours des prochains jours. Radio-Canada a appris que la tournée de l’ex-président catalan, prévue du 10 au 14 juin, est remise à l’automne.

L’indépendantiste derrière le référendum de 2017 sur l'autodétermination de la Catalogne n’a pas obtenu à temps son d’Autorisation de voyage électronique (AVE), explique la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) de Montréal, organisatrice de l’événement.

« Les autorités canadiennes n’ont toujours pas arrêté le sort de sa deuxième demande d’Autorisation de voyage électronique, produite en date du 3 mai dernier », fait valoir la SSJB dans un communiqué.

Une demande d'AVE coûte 7 $ et se règle normalement en quelques jours, constate-t-on sur le site Internet du ministère fédéral de l'Immigration. « Dans la plupart des cas, vous recevrez un courriel de notre part dans les minutes qui suivront. Toutefois, le traitement de certaines demandes peut prendre plusieurs jours. Si c’est le cas pour votre demande, vous devriez recevoir un courriel de notre part dans les 72 heures suivant la présentation de votre demande, dans lequel on vous expliquera la marche à suivre », est-il écrit.

Même si une AVE lui était accordée d’ici lundi, la lenteur – clairement inhabituelle – dont fait preuve Immigration Canada dans le traitement de ce dossier revient à saboter les plans des organisateurs.

Extrait du communiqué de la SSJB

Carles Puigdemont avait tenté de se rendre au Québec une première fois à la fin du mois d’avril. Sa demande d’AVE avait connu des ratés en raison du recours à un consultant qui avait failli à la tâche.

« Ottawa n’a aucune autorité, aucune légitimité, pour refuser aux Québécois leur droit d’inviter chaleureusement chez eux les chefs de file internationaux qui les inspirent », avait alors déclaré le président de la SSJB, Maxime Laporte.

La SSJB fait aujourd’hui valoir sensiblement les mêmes arguments.

« Fort de son arsenal bureaucratique, le Canada manœuvre toujours, à l’évidence, pour empêcher M. Puigdemont de rendre visite aux Québécois. Usant de procédés dilatoires, Ottawa agit objectivement de manière à barrer la route à l’ancien président catalan », déclare M. Laporte dans le communiqué.

Longue route depuis 2017

Élu député européen le 26 mai dernier, Carles Puigdemont a connu beaucoup de rebondissements depuis la tenue du référendum du 1er octobre 2017, remporté à 90 % par le camp du « oui ».

Le gouvernement catalan a d’abord été destitué moins de 20 jours plus tard, Madrid invoquant l’article 155 de la Constitution pour mettre la Catalogne sous tutelle.

Recherché par les autorités espagnoles pour « rébellion », l’ex-président s’est enfui à Bruxelles le 30 octobre 2017.

Plusieurs de ses collègues ont eu moins de chances et ont été emprisonnés.

Dans un rapport dévoilé il y a quelques jours, la détention provisoire de trois de ces indépendantistes catalans est « arbitraire », ont estimé des experts mandatés par l'ONU.

Avec les informations de Sébastien Bovet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique