•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La peste porcine pourrait menacer les porcs canadiens

Un porc décédé est sur une balance.

Le Vietnam fait face à un problème de peste porcine.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Depuis environ un an, le virus de la peste porcine africaine se propage de façon fulgurante en Asie, où au moins deux millions de porcs sont morts ou ont été abattus pour prévenir la propagation. Les Amériques sont épargnées, mais en état d'alerte.

Martin Pelletier, agronome et coordonnateur de l'Équipe québécoise de santé porcine, s'est adressé aux producteurs de porcs du Québec jeudi.

« Si la maladie était introduite au Canada, par exemple, (...) nos partenaires commerciaux, pour se protéger, fermeraient vraisemblablement leurs frontières, du moins pour un certain temps. Le Canada exporte pour l’équivalent de 4 milliards de dollars en produits porcins par année », a expliqué l'agronome lors d'une entrevue accordée à 24/60 jeudi.

L'animatrice Anne-Marie Dussault a demandé à l'agronome dans quelles mesures les nouvelles exigences commerciales chinoises avaient un lien avec la peste, ou s'il s'agissait plutôt d'une guerre commerciale.

« Je ne suis pas impliqué dans les dossiers de commerce, mais c’est sûr que présentement la maladie n’est pas présente au Canada, donc on ne représente pas un risque pour aucun de nos partenaires commerciaux au niveau de l’exportation des produits du porc canadien. »

Les producteurs sont préoccupés par la situation et devront prendre des mesures de sécurité pour protéger leurs élevages.

Le gouvernement canadien a d'ailleurs annoncé plusieurs mesures dès le mois d'avril. Des chiens détecteurs ont été déployés dans les aéroports pour détecter les importations de viande illégales.

La ministre fédérale de l'Agriculture Marie-Claude Bibeau a été questionnée à ce sujet, aujourd'hui, lors de sa comparution devant un comité des communes.

« On travaille de très près avec l’industrie et aussi on négocie des accords de zonages entre autres avec les États-Unis, c'est signé, et avec le Japon. Advenant qu’il y ait une éclosion d’un cas dans une partie du pays, on serait capable d’isoler cette partie, de faire en sorte que notre commerce continue dans les autres provinces et dans les autres régions. »

Le vétérinaire en chef de l'Agence canadienne d'inspection des aliments, Jaspinder Komal, a également répondu aux questions des parlementaires.

« Les pays sont maintenant en état d’alerte. Tant ceux qui sont touchés par la peste porcine que ceux qui en sont épargnés savent qu’il faut s’attaquer à ce problème ensemble. Pour ce qui est du Canada, nous avons déjà augmenté la sécurité aux frontières et dans les fermes. À présent, nous allons nous assurer d’être bien préparés si jamais la maladie atteint le Canada. »

La maladie, extrêmement contagieuse, ne touche que les porcs. Il n’y a pas de traitement ni de vaccin pour l'endiguer.

Elle n'infecte pas les humains.

Néanmoins, elle peut rester sur des vêtements, tandis que des véhicules peuvent être contaminés pendant des semaines. Elle contamine les abattoirs. Elle se propage également dans la viande, comme les saucissons que des voyageurs pourraient ramener de voyage, et dans la nourriture pour les animaux.

Avec les informations de Philippe-Antoine Saulnier

Agro-industrie

Économie