•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des sénateurs nommés par Trudeau protègent l'interdiction de pétroliers en C.-B.

Un pétrolier est amarré au large d'une côte de la Colombie-Britannique sous un ciel nuageux.

L'envoi de blocs de bitume vers l'Asie pourrait être compliqué par le moratoire sur les pétroliers le long de la côte nord de la Colombie-Britannique.

Photo : Reuters / Chris Helgren

Radio-Canada

Une coalition de sénateurs indépendants et libéraux a rassemblé assez de votes pour sauver le projet de loi C-48, visant à réduire le transport de pétrole brut le long de la côte nord de la Colombie-Britannique.

Dans un rapport rédigé par le sénateur conservateur de la Saskatchewan, David Tkachuk, le comité sénatorial qu’il préside recommandait sans équivoque à la Chambre haute de rejeter le projet de loi.

Il accuse le gouvernement de cibler injustement les gisements de pétrole de l’Alberta à un moment où la capacité des pipelines et les prix du pétrole sont limités. Le rapport stipule aussi que s’il est adopté, le projet de loi risque d’attiser un mouvement séparatiste dans l’Ouest.

Mercredi soir, les sénateurs ont rejeté la recommandation du rapport par 38 voix contre 53, avec une abstention. Ils doivent maintenant proposer des amendements avant de renvoyer le projet de loi à la Chambre des communes pour approbation.

Un comité « dysfonctionnel »

Le sénateur québécois indépendant, André Pratte, dit s’opposer à certaines parties du projet de loi, mais estime que le rapport de David Tkachuk nuit aux délibérations du comité.

Une préoccupation partagée par d’autres sénateurs ayant voté de façon contraire à ses recommandations.

Ce comité n'a pas fonctionné correctement ni de manière collégiale. Je considère qu'il s'agit d'un comité dysfonctionnel.

Murray Sinclair, sénateur manitobain indépendant

Un engagement électoral

Lors d'un événement organisé dans la région de Vancouver en juin 2015 pour présenter son plan pour l’environnement, Justin Trudeau avait promis d'instaurer un moratoire sur les pétroliers accostant dans les ports du nord de la Colombie-Britannique.

Il avait réitéré cet engagement dans une lettre adressée au ministre des Transports, Marc Garneau, suivant son arrivée au pouvoir.

Avec les informations de John Paul Tasker

Colombie-Britannique et Yukon

Politique fédérale