•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pages Wikipédia pour le rayonnement des chercheurs francophones

Lise Gaboury-Diallo

Lise Gaboury-Diallo, qui enseigne à l'Université de Saint-Boniface, fait partie des professeurs et chercheurs qui ont désormais une page Wikipédia grâce à une initiative de l'Acfas.

Photo : Dan Harper

Gavin Boutroy

Convaincue de la nécessité de faire connaître les chercheurs francophones en situation minoritaire, l’Association francophone pour le savoir (Acfas) a lancé une campagne pour la création de pages Wikipédia qui leur sont dédiées, lors de son congrès qui s'est tenu la semaine dernière.

Les lacunes constatées dans la visibilité des chercheurs francophones sur Internet a mené l’Acfas à organiser une « journée contributive » d’un bout à l’autre du pays, accompagnée de formations à distance pour contribuer à Wikipédia.

Le but est de souligner l'apport des francophones du Canada en milieu minoritaire et d’augmenter leur visibilité. « Wikipédia, c’est une belle vitrine sur le monde », explique la présidente de l'Acfas, Lynn Sauvageau.

« Les gens peuvent travailler en tout temps, collaborer d’un océan à l’autre, et il y a une sorte de communauté qui se forme autour de la création », poursuit-elle.

Mobiliser des chercheurs

L'Association des collèges et universités de la francophonie canadienne (ACUFC) appuie la démarche de l’Acfas, selon son gestionnaire de la recherche, Éric Chevaucherie.

« Nous, on a l’expertise, beaucoup plus de contacts au sein de la recherche en milieu minoritaire, donc on va essayer de mobiliser nos chercheurs et même de mobiliser nos étudiants pour qu’ils écrivent sur Wikipédia au sujet de la recherche », dit-il.

« Le public francophone est assez réduit, ajoute M. Chevaucherie. Les universités ont des moyens assez limités. Il faut trouver un certain nombre de moyens alternatifs pour faire connaître les chercheurs et valoriser leur travail. »

Il note que le travail des chercheurs peut porter sur les enjeux des francophones en situation minoritaire – santé, droit linguistique, représentation politique, immigration – ou bien sur d’autres sujets, l'important étant que la recherche soit effectuée en contexte minoritaire.

M. Chevaucherie souhaite par ailleurs développer un portail d’articles portant sur la recherche en milieu francophone minoritaire.

Wikipédia dans la salle de classe

À Winnipeg, la bibliothécaire de l’Université de Saint-Boniface (USB), Camille Fitch-Kustcher, explique que les participants dans la capitale manitobaine se sont réunis pour rédiger dans la bibliothèque Alfred-Monnin de l’université.

Il a fallu bien expliquer les fondements du style « Wikipédia » aux participants, dit-elle : la rigueur des sources et la neutralité. « [Rédiger ces pages], c’est un peu la responsabilité de tous, mais il faut vraiment réfléchir à comment on le fait, utiliser la pensée critique », dit-elle.

Au Manitoba, les participants ont créé la page de l’écrivaine et professeure Lise Gaboury-Diallo. Elle y est présentée comme « l’une des plus importantes figures de la littérature franco-canadienne de l'Ouest » par les auteurs.

« Nous, c’est certain qu’on va continuer, ça a été quand même un succès. On va certainement faire des activités comme ça à la rentrée », affirme Mme Fitch-Kustcher.

Elle ajoute qu’elle souhaite amener Wikipédia dans les salles de classe. Elle discute avec plusieurs professeurs de l'USB qui veulent intégrer la pratique à leur cours et rédiger des pages Wikipédia avec leurs élèves.


Des universitaires désormais sur Wikipédia

Outre Lise Gaboury-Diallo, une dizaine de personnes figurent désormais sur Wikipédia à la suite de la campagne de l’Acfas. On trouve ainsi les renseignements suivants sur les pages qui leur sont consacrées :

  • Gamila Morcos est reconnue pour avoir conçu et rédigé le premier Dictionnaire des auteurs et artistes francophones de l'Ouest canadien, avec ses collègues Gilles Cadrin et Paul Dubé de la Faculté Saint-Jean de l’Université de l’Alberta.
  • Rodrigue Landry est un universitaire canadien dont les travaux portent sur les communautés de langues officielles en situation minoritaire. Ses recherches ont eu un impact majeur dans la compréhension des facteurs d'autodétermination pour le maintien de la langue française et de l'identité francophone.
  • Rolland Gaudet est le seul francophone à avoir reçu le Prix Donald-C. Savage pour contribution exceptionnelle dans l'art de la négociation. Il a enseigné 27 ans à l’Université de Saint-Boniface.
  • Linda Cardinal est professeure et titulaire de la Chaire de recherche sur la francophonie et les politiques publiques à l’Université d’Ottawa. On la reconnaît pour ses travaux relatifs aux questions d’enjeux linguistiques, entre autres.
  • Gertrude M. Laing, une universitaire, a été la seule femme à siéger à la Commission royale d'enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme.
  • Corinne Gallant, aujourd’hui décédée, est reconnue pour son militantisme féministe et ses travaux sur les droits des Acadiens et Acadiennes, en particulier les droits du français comme langue officielle.
  • Edmund A. Aunger est un universitaire. Il a été le chercheur principal et le témoin expert de la défense dans la cause juridique Caron-Boutet.

Manitoba

Francophonie