•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : Québec a reçu près de 5000 réclamations jusqu'ici

Un homme avec une lampe de poche dans son sous-sol inondé. Il a de l'eau plus haut que la taille.

Le sous-sol de Jonathan Brassard-Guay a été complètement inondé.

Photo : Ivanoh Demers

Jérôme Labbé

Les victimes des plus récentes crues printanières se tournent par milliers vers le gouvernement du Québec pour obtenir un soutien financier. Quelque 4915 demandes lui ont été transmises jusqu'à maintenant, a fait savoir jeudi le cabinet de la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault.

Les requêtes viennent de partout. Selon le plus récent décompte du ministère de la Sécurité publique (MSP), 188 municipalités ont obtenu l'aval de la ministre pour être admissibles au nouveau Programme général d'indemnisation et d'aide financière lors de sinistres réels ou imminents, annoncé le 15 avril.

Le ministère de la Sécurité publique n'a pas chiffré le nombre de dossiers qui ont été clos jusqu'à maintenant. Mais le cabinet de la ministre affirme que 25,9 millions de dollars ont déjà été versés aux sinistrés.

Dans un bilan effectué jeudi après-midi à la base militaire de Valcartier, Mme Guilbault a remercié les 1000 militaires qui ont été déployés sur le terrain au plus fort des inondations, en Outaouais, dans le Grand Montréal, en Mauricie et en Beauce. Elle a souligné que leur travail avait « permis de limiter les dégâts engendrés par ces inondations exceptionnelles ». Les dernières troupes se sont retirées mercredi.

Quant aux quelque 13 500 sinistrés évacués, la grande majorité d'entre eux ont pu regagner leur domicile, sauf à Gatineau et à Rigaud, où les dégâts ont été particulièrement importants.

En tout, près de 10 000 bâtiments ont été touchés. Le MSP s'attend d'ailleurs à recevoir d'autres réclamations au cours des prochaines semaines.

Lors des inondations de 2017, pas moins de 6172 demandes d'aide financière avaient été acheminées au gouvernement du Québec. Environ 800 bâtiments avaient été démolis.

Pour que cessent les inondations successives

En fixant un montant maximal pour les travaux de reconstruction à compter de cette année, le nouveau programme d'indemnisation du gouvernement vise à convaincre les propriétaires de maisons situées en zone inondable de déménager.

Il y a des décisions qui vont devoir se prendre.

Geneviève Guilbault, ministre de la Sécurité publique du Québec

En attendant, les sinistrés qui souhaiteraient obtenir un coup de main du gouvernement doivent se dépêcher à remplir les différents formulaires, puisque le programme prévoit que ces réclamations doivent lui être acheminées dans les trois mois suivant l'arrêté ministériel concernant leur municipalité.

Jusqu'ici, 188 municipalités touchées par les inondations survenues entre le 14 et le 24 avril ont été reconnues admissibles (Nouvelle fenêtre). Ces sinistrés ont jusqu'au 25 juillet ou jusqu'au 8 août pour transmettre leur réclamation.

D'autres municipalités devraient toutefois s'ajouter à la liste sous peu. En tout, le cabinet de la ministre Guilbault prévoit que les sinistrés de plus de 250 municipalités pourront recevoir de l'aide.

Le nouveau programme développé par le gouvernement Legault est à la fois plus simple, mais aussi plus restrictif que l'ancien programme, en vigueur lors des inondations de 2017. En cas d'inondations successives, il prévoit notamment que le montant cumulé de l'assistance financière planifiée pour une résidence ne peut dépasser 50 % du coût neuf ou 100 000 $ si une aide financière a déjà été versée pour un sinistre survenu depuis le 10 avril 2019. Le dédommagement maximal a été fixé à 200 000 $ pour un bâtiment seul ou à 250 000 $ pour un bâtiment et un terrain.

Pour l'expliquer aux sinistrés, le MSP a tenu jusqu'à maintenant 23 séances d'information dans plusieurs villes du Québec. Les prochaines auront lieu le 12 juin pour les résidents des arrondissements montréalais de L'Île-Bizard–Sainte-Geneviève et de Pierrefonds-Roxboro.

Avec les informations de La Presse canadienne et de Fanny Samson

Incidents et catastrophes naturelles

Société