•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d'un million de nouveaux cas d'ITSS dans le monde, chaque jour

Représentation virtuelle de la bactérie de la gonorrhée

La bactérie de la gonorrhée

Photo : iStock

Agence France-Presse

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a révélé jeudi qu'il y avait chaque jour plus d'un million de nouveaux cas d'infections transmises sexuellement et par le sang (ITSS) dans le monde et a recommandé notamment l'utilisation du préservatif pour stopper leur propagation.

Dans un nouveau rapport, l'OMS a répertorié les quatre infections les plus répandues chez les personnes âgées de 15 à 49 ans : la chlamydiose, la gonorrhée, la syphilis et la trichomonase.

Ces quatre ITSS ou MTSS (maladies transmises sexuellement et par le sang) font chaque année plus de 376 millions de nouveaux cas dans le monde, a indiqué l'agence spécialisée de l'ONU, sur la base des dernières statistiques compilées en 2016.

Et ce chiffre n'a pas baissé par rapport à la précédente étude de 2012.

Nous constatons une absence inquiétante de progrès dans la lutte pour stopper la propagation des infections sexuellement transmissibles dans le monde. C'est un signal d'alarme en faveur d'un effort concerté pour permettre à tout le monde, partout, de pouvoir accéder aux services nécessaires pour prévenir et traiter ces maladies invalidantes.

Le Dr Peter Salama, directeur général adjoint de l'OMS chargé des réponses d'urgence

Les statistiques de l'OMS montrent qu'en 2016, il y avait eu 127 millions de nouveaux cas de chlamydiose, 87 millions de gonorrhée, 6,3 millions de syphilis et 156 millions de trichomonase.

Ces ITSS se transmettent lors de rapports sexuels non protégés, mais certaines peuvent aussi être contractées lors d'une grossesse ou d'un accouchement. La syphilis peut aussi se transmettre au contact de sang contaminé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Santé