•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 25 ans, les caméras de télévision suivaient la Bronco blanche d’O.J. Simpson

    Vue aérienne de la camionnette Ford Bronco blanche qui roule sur l'autoroute. En surimpression à l'écran, les logos des sources de la diffusion: CNN, KTTV et SKY 11.

    Captées en direct, les images de la poursuite automobile d'O.J. Simpson ont fait le tour du monde.

    Photo : Radio-Canada / CNN, KTTV, SKY 11

    Radio-Canada

    Le 17 juin 1994, l’Amérique tout entière est rivée devant une poursuite policière. O.J. Simpson, principal suspect des meurtres de son ex-femme Nicole Brown et de Ronald Goldman, tente d’échapper à son arrestation en filant à bord d’une camionnette. À travers nos archives, revivez les débuts de cette affaire très médiatisée.

    O.J. Simpson est une légende vivante aux États-Unis. Ancien joueur de football américain, il est considéré comme l'un des meilleurs porteurs de ballon dans l’histoire de la NFL.

    Le 12 juin 1994, les corps de son ex-femme Nicole Brown et du petit ami de cette dernière, Ronald Goldman, sont retrouvés poignardés à mort dans l'allée d'une maison cossue de Los Angeles.

    Dans les jours qui suivent, O.J. Simpson devient le principal suspect de ce double meurtre. Mais au moment de se rendre à la police, il prend la fuite, faussant compagnie à ses avocats qui devaient l’accompagner.

    La suite de l’histoire, les téléspectateurs y assistent en direct, un vendredi soir de juin 1994.

    Téléjournal, 17 juin 1994

    « On est sans nouvelles de Simpson qui ne s’est pas constitué prisonnier. La police s’est lancée à sa poursuite pendant que les rumeurs les plus folles circulent sur son sort », annonce la présentatrice Michèle Viroly au Téléjournal du 17 juin 1994.

    Dans son reportage, le journaliste Jean-Michel Leprince donne quelques précisions sur l’affaire.

    On y voit le chef de la police de Los Angeles qui déclare en conférence de presse qu’O.J. Simpson est maintenant un fugitif recherché.

    Robert Shapiro, célèbre avocat que la vedette de football a déjà engagé pour le défendre, le supplie de collaborer avec la police.

    Puis, son ami Robert Kardashian lit un passage d’une lettre qu’il a laissée derrière lui, niant sa responsabilité dans le meurtre de son ex-femme Nicole Brown.

    Il y a en ce moment même un développement spectaculaire dans cette affaire. Les policiers de Los Angeles sont en train de poursuivre cette camionnette qui serait conduite par un ami de Simpson. Selon un policier, O.J. Simpson serait le passager. Et il aurait un revolver!

    La présentatrice Michèle Viroly

    La présentatrice Michèle Viroly enchaîne avec une nouvelle de dernière heure. Les premières images de la Ford Bronco blanche qui file sur une autoroute californienne apparaissent à l’écran. O.J. Simpson sera à bord de cette camionnette chassée à la fois par la police et par l’hélicoptère d’un média américain qui capte en direct cette poursuite enlevante.

    « C'est confirmé, c'est bel et bien l'ancien joueur de football qui se trouve dans la camionnette », confirme Michèle Viroly à la fin du Téléjournal.

    Au fil de discussions au téléphone avec l’équipe d’intervention de la police de Los Angeles, O.J. Simpson rentrera à son domicile en fin de soirée pour y être formellement arrêté.

    Le début d’une saga judiciaire et médiatique

    Téléjournal, 20 juin 1994

    « Un autre procès-spectacle qui s’annonce! », déclare le chef d’antenne Bernard Derome au Téléjournal du 20 juin 1994.

    Au Palais de justice de Los Angeles, O.J. Simpson, aidé par son avocat Robert Shapiro, plaide non coupable aux deux accusations de meurtres.

    Les grandes chaînes américaines retransmettent en direct cette audience, suivie par des conférences de presse des deux parties.

    Même le président américain Bill Clinton y va d’une déclaration du bureau ovale, se disant chagriné par l’affaire.

    D’innombrables admirateurs expriment pour leur part leur appui à O.J. Simpson en se déplaçant à son domicile et au Palais de justice avec des affiches et d’autres présents pour témoigner de leur sympathie.

    Le Point Médias, 23 juin 1994

    Quelques jours plus tard, le 23 juin 1994, Le Point Médias offre une première analyse de la couverture médiatique de l’affaire O.J. Simpson.

    L’animatrice Madeleine Poulin laisse la parole à la journaliste et auteure Catherine Delaprée-Lincoln, basée à Los Angeles.

    La journaliste dénonce « l’influence exagérée des médias électroniques sur le public, incapable désormais de faire la différence entre un vrai drame, la mort de deux jeunes gens et le film télévisé de la semaine ».

    « Il serait temps que les médias mettent de l’ordre dans leurs priorités », conclut Catherine Delaprée-Lincoln.

    Et pourtant, c’est le début d’une folie médiatique sans précédent.

    Le procès d'O.J. Simpson sera long, rocambolesque et avidement suivi pendant toute l’année 1995.

    Le 3 octobre 1995, l'annonce du verdict d'O.J. Simpson battra tous les records d'audience de la télévision américaine.

    Près de 200 millions de téléspectateurs assisteront à ce moment retransmis par les trois principaux réseaux, ABC, CBS, NBC, de même que plusieurs chaînes spécialisées, dont la chaîne d’information en continu CNN.

    Encore plus de nosarchives

    Archives

    International