•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Les Petits Chanteurs du Mont-Royal : entre rigueur scolaire et vocale

    L'institution Les Petits Chanteurs du Mont-Royal est créée en 1956

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Après avoir appris le mois dernier que la Commission scolaire de Montréal (CSDM) ne souhaitait pas renouveler l'entente entre le Collège Notre-Dame et Les Petits Chanteurs du Mont-Royal, plusieurs personnalités publiques se sont portées à leur défense. Retour en archives sur l'histoire de ce célèbre chœur.

    Aux origines de la Maîtrise des Petits Chanteurs

    À l’émission Aujourd’hui du 23 décembre 1965, l’animateur Pierre Paquette s’entretient avec le père Léandre Brault qui a fondé l’institution en 1956.

    Le père Brault y explique la particularité de la Maîtrise des Petits Chanteurs.

    Ce n’est ni une école ordinaire ni une chorale. Les garçons y acquièrent une culture musicale de deux ans, à raison de deux heures de pratique par jour, avant de pouvoir chanter en public.

    On forme des esprits par les langues, les sciences, et on peut ajouter la musique comme une discipline en plus. On ajoute la musique à titre de formation générale à des garçons qui peuvent la recevoir.

    Le père Léandre Brault, fondateur des Petits Chanteurs du Mont-Royal

    Les chanteurs partagent leur temps entre l'enseignement régulier qu’ils reçoivent sur place, la pratique du chant et l’apprentissage de la musique.

    Les élèves-choristes sont triés sur le volet. Seuls les plus doués tant sur le plan du chant que sur le plan scolaire peuvent aspirer à faire partie des Petits Chanteurs. Les connaissances musicales ne sont pas un prérequis.

    Le chœur des Petits Chanteurs recrute, à ses tout débuts, dans les orphelinats. Par la suite, il sélectionne ses élèves dans les écoles de la Commission des écoles catholiques de Montréal (CECM) à partir de la quatrième année du primaire.

    Des voix jeunes, claires et justes

    Le 28 mars 1986, à l’émission En Tête, la journaliste Marie-Hélène Poirier fait une incursion au sein de La Maîtrise des Petits Chanteurs du Mont-Royal. Elle y explique l’origine des chœurs de garçons.

    En tête, 28 mars 1986

    La tradition de former un chœur composé exclusivement de garçons nous provient d’Europe et remonte aux origines de l’Église. Les femmes étant exclues des fonctions liturgiques, dont le chant, « il fallait recourir à de jeunes garçons pour tenir les voix hautes. »

    La voix des garçons atteint sa beauté maximale juste avant la mue.

    Comme l’explique Gilbert Patenaude, directeur artistique des Petits Chanteurs de 1978 à 2016: « À 12-13-14 ans selon les cas, ça commence déjà à changer et ça ne reviendra jamais comme voix. »

    Très rares sont ceux qui poursuivront une carrière musicale, mais ils auront donné aux petits chanteurs un court moment de leur vie où leur voix a une qualité d’autant précieuse qu’elle est éphémère.

    Marie-Hélène Poirier, journaliste

    Une excellence reconnue dans le monde entier

    Le 17 avril 2006, l’institution célèbre 50 ans d’existence. À cette occasion, le Téléjournal présente un reportage de la journaliste Anne-Louise Despatie.

    Le Téléjournal, Le Point, 17 avril 2006

    Les 210 garçons de huit à dix-sept ans qui fréquentent la Maîtrise partagent une passion pour le chant. Ils proviennent de cultures et d'origines diverses.

    Le perfectionnement de leur art les a amenés à représenter le Québec à travers le monde. La chorale s’est déplacée à Cuba, en Corée, au Venezuela et plusieurs fois en Europe.

    Les Petits Chanteurs ont enregistré en compagnie du ténor Luciano Pavarotti. Ils ont produit plusieurs albums encensés par la critique, accompagné l’Opéra de Montréal et même chanté pour le pape.

    Le choeur anime quelque 70 messes par année à l’oratoire Saint-Joseph, voisin du Collège Notre-Dame.

    Ceux qui vont sortir d’ici vont servir l’ensemble de la société. Moi, je pense que dans ce contexte-là, la société ne gaspille pas son argent en le mettant dans une école comme celle-là […] On n’est pas conscient à quel point être en contact avec le beau, ça oriente une vie.

    Gregory Charles, ancien Petit Chanteur du Mont-Royal et directeur de chorale

    Archives

    Société