•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Envoyée spéciale
  • Jour J : les pieds (et les yeux) dans l'eau

    L'ancien combattant Jean Trempe, entouré de quelques personnes, a les pieds dans l'eau à la plage Juno.

    L'ancien combattant Jean Trempe n'a pas pu résister. De retour à la plage Juno 75 ans après le débarquement, il s'est à nouveau mis les pieds dans l'eau... à 94 ans.

    Photo : Jacinthe Villandré

    Fannie Olivier

    Ils y ont débarqué, jeunes hommes, fusil à la main, la terreur au coeur... Ils y retournent 75 ans plus tard, les jambes frêles, un drapeau canadien à la main et l'émotion à fleur de peau. Plusieurs vétérans ont marché sur la plage Juno pour la première fois depuis la guerre, à l'occasion des commémorations du jour J.

    Certains ont planté de petits drapeaux canadiens dans le sable. Mais Jean Trempe, 94 ans, a voulu aller plus loin. Il a enlevé ses chaussures, retroussé son pantalon et s'est aventuré pieds nus dans les eaux froides de la Manche.

    « Mon coeur me disait : va marcher dans l'eau », explique le vétéran aux yeux bleus, ancien caporal qui a combattu sur les plages de Normandie durant la Seconde Guerre mondiale. « Mes camarades se sont déchaussés aussi et sont venus dans l'eau avec moi. »

    Son séjour en Normandie, aux côtés de 37 autres vétérans canadiens ayant fait le voyage pour la commémoration du jour J, réveille en lui les souvenirs enfouis des horreurs de la guerre. « Ce qui va arriver, c'est que peut-être cette nuit, peut-être demain, je vais me réveiller en sursaut et penser à ça. »

    Ces anciens combattants revoient la plage sous le soleil radieux du printemps qui s'installe. Il y a 75 ans, la météo se déchaînait. Et les soldats allemands aussi.

    La gale sur l'âme de l'homme

    Après la cérémonie officielle de commémoration à laquelle a pris part le premier ministre Justin Trudeau, les vétérans ont défilé – certains en fauteuil roulant, d'autres debout, appuyés au bras d'un proche – devant les curieux venus assister aux célébrations.

    Alors qu'ils prenaient le chemin de la plage, la foule s'est mise spontanément à les applaudir chaleureusement. Un baume sur le coeur d'Earl Kennedy, qui a constaté de visu l'ampleur des pertes humaines au jour J.

    Je suis heureux de voir que les jeunes apprécient ce qu'on a fait pour arrêter cette maudite guerre. La guerre est une gale sur l'âme de l'homme. Il ne devrait plus y en avoir.

    Earl Kennedy, ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale

    Le vétéran, qui retournait en Normandie pour la première fois en 75 ans, craignait d'être submergé par l'émotion lorsqu'il foulerait à nouveau les plages. Il est surpris d'avoir réussi à « tenir le coup ».

    « J'ai vu tellement de jeunes, en sang, tués, étendus sur la plage. C'est dur à oublier, vous savez. »

    Les yeux pleins d'eau, un de ses camarades admet avoir du mal à se réconcilier avec cet épisode de son passé. « C'est difficile pour moi à accepter. Ça me dépasse », soupire Bill Anderson, 97 ans.

    Le vétéran canadien Jean Trempe raconte les émotions vécues en cette journée de commémoration et transmet un message à la jeunesse.

    Sacrifice

    Alors qu'il arpente les côtes normandes, un mot vient à l'esprit de cet ancien capitaine : sacrifice.

    Alphonse Vautour, lui, a en tête « tous les camarades qui ont perdu la vie. Je suis chanceux d'être encore ici », signale l'homme qui fêtera son 100e anniversaire au mois d'octobre. Il se compte également privilégié d'avoir la chance de retourner sur cette plage, 75 ans après y avoir débarqué. « Ça me fait un petit velours, comme on dit. »

    Les pieds dans l'eau probablement pour la dernière fois sur les plages normandes, Jean Trempe et ses compatriotes se souviennent de ceux qui, le 6 juin 1944, ont frayé leur chemin jusqu'à la côte sous les balles ennemies, contournant les corps de leurs frères d'armes, pour libérer l'Europe du joug nazi.

    Si leurs pieds ont pris quelques minutes à sécher, leurs larmes, elles, ont pris toute la vie.

    Des vétérans de la Seconde Guerre mondiale de retour à Juno Beach en Normandie.

    Des vétérans de la Seconde Guerre mondiale visitent Juno Beach à l'occasion de la cérémonie de commémoration des 75 ans du débarquement de Normandie, le jeudi 6 juin 2019.

    Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

    Fannie Olivier est envoyée spéciale en Normandie pour Radio-Canada

    Relations internationales

    Politique