•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le dernier Madelinot témoin du débarquement en Normandie

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Photo d'un militaire en noir et blanc

Le Madelinot, Conrad Landry, a participé au débarquement en Normandie le 6 juin 1944

Photo : Avec l'autorisation de la famille

Radio-Canada

À 102 ans, le vétéran du Régiment de la Chaudière, Conrad Landry, se souvient bien du débarquement en Normandie, le 6 juin 1944. Des souvenirs encore douloureux aujourd'hui.

Cette journée-là, plus de 1000 Canadiens ont été tués, blessés ou capturés sur les plages françaises.

Conrad, Alex et Aurélius.

Avec ces deux autres militaires, le Madelinot Conrad Landry a participé au débarquement en Normandie le 6 juin 1944.

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Deschenes

Les balles passaient aux côtés. Il y en a une qui a passé, j'ai dit si j'avais eu un cigare, je crois qu'elle l'aurait coupé , raconte M. Landry.

J'ai failli me faire tuer des centaines de fois.

Conrad Landry, vétéran madelinot
Photo de mariage. L'homme porte un habit militaire. La femme est habillée d'une robe nuptiale.

Le couple s'est rencontré en 1942 en Angleterre et s'est marié le 19 mai 1945.

Photo : Avec l'autorisation de la famille

Après la guerre, le vétéran n'a pas eu de soins pour traiter ses chocs post-traumatiques, affirme-t-il. Les images de la guerre le hantent aujourd'hui encore. Je ne suis pas à l'aise depuis ce temps-là. J'ai mal partout, ça me fait souffrir.

Je ne regrette rien, j'ai fait mon possible. J'ai souffert aussi, beaucoup.

Conrad Landry, vétéran madelinot
Photo de couple. L'homme porte des médailles militaires.

Conrad Landry et Jone Smedley sont mariés depuis 74 ans.

Photo : Radio-Canada / Avec l'autorisation de la famille

La guerre l'a mené en 1942 sur le chemin de Joan Smedley, une Anglaise qui ne parlait pas un mot français. Elle deviendra son épouse avant la fin de la guerre. Le couple a eu 9 enfants.

Puis on s'est marié le 19 de mai, ça fait 74 ans.

Conrad Landry, vétéran madelinot
Homme âgé qui pose devant des médailles, des photos et certificats encadrés, dont un qui provient de l'Ordre national de la légion d'honneur.

Conrad Landry pose devant ses médailles et autres souvenirs.

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Deschenes

Sa conjointe déplore le manque d'aide du gouvernement du Canada. Ils sont sortis de l'armée et il est retourné dans son métier [pêcheur]. Il n'a eu aucune information comme quoi il avait droit à une pension, rien du tout. Pour moi, ça aurait dû être automatique quand ils ont passé 11 mois en ligne de feu, ces gars-là n'étaient pas comme avant. Il va être toute sa vie malade. Ça a été difficile pour lui, ça a été difficile pour moi , exprime celle qui est mariée avec l'ancien militaire depuis 74 ans.

Le soldat Conrad Landry avait 27 ans lors du débarquement de Normandie.

Documents historiques.

Conrad Landry a gardé quelques documents de l'époque où il était militaire.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Devoir de mémoire des Madelinots

À la polyvalente des Îles, se rappeler l’implication des Madelinots lors du Jour J est important.

Isabelle Chevrier enseigne l’histoire à l’école secondaire de l’archipel. Elle se fait un devoir de souligner l’apport de Conrad Landry lorsqu’elle aborde le débarquement en Normandie en classe.

Les étudiants sont très impressionnés de savoir qu’on a encore des gens qui sont ici, ce qui est rare.

Isabelle Chevrier, enseignante en histoire

Les programmes d’histoire de 4e et 5e secondaires de l’établissement scolaire proposent d’aller plus en détail sur le débarquement en Normandie et sur l’implication des Madelinots lors de cette période.

Avec les informations de Philippe Grenier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !