•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’embourgeoisement chasse de Washington des Afro-Américains et leurs symboles culturels

Des événements qui dénoncent les impacts de l'embourgeoisement à Washington se multiplient depuis quelques mois.

Des événements qui dénoncent les impacts de l'embourgeoisement à Washington se multiplient depuis quelques mois.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Raphaël Bouvier-Auclair

Ces dernières années, Washington est devenue l'une des villes les plus embourgeoisées des États-Unis. Les changements démographiques et économiques sont-ils en train de menacer un pan de la culture afro-américaine de la capitale américaine?

C’est un simple haut-parleur installé sur le trottoir d’une avenue passante du nord-ouest de Washington qui a soulevé les passions.

Depuis une vingtaine d’années, Donald Campbell, propriétaire d’un magasin de téléphones cellulaires et passionné de musique, y diffuse du Go-Go. Ce style qui se rapproche du funk est propre à la capitale américaine et à son importante communauté afro-américaine.

Un haut-parleur sur un trottoir à Washington.

Ce haut-parleur a ravivé un débat sur l'embourgeoisement à Washington.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Il y a quelques mois, un propriétaire de condo luxueux du quartier s'est plaint du son. La compagnie de téléphone dont Donald Campbell détient une franchise lui a demandé d’éteindre la musique.

On ne peut pas aller à Nashville et demander aux gens de cesser de jouer de la musique country. On ne peut pas non plus venir à Washington et exiger de cesser de jouer du Go-Go. Ça ne fonctionne pas comme ça.

Don Campbell, propriétaire du haut-parleur
Donald Campbell dans son magasin à Washington.

Donald Campbell est propriétaire du haut-parleur qui a été au coeur d'une controverse à Washington.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Bien que le haut-parleur ait depuis été rallumé, l’événement a entraîné un mouvement de protestation qui persiste. Depuis quelques mois, des concerts et des manifestations improvisées ont lieu dans la capitale. Ce mouvement populaire a été nommé Don’t mute DC , soit « Ne faites pas taire Washington ».

Cette chicane de voisinage autour d’un haut-parleur a ravivé un vif débat : celui de l’embourgeoisement de Washington et de son impact sur la communauté afro-américaine.

Une manifestation au centre-ville de Washington.

Une manifestation au centre-ville de Washington.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

La ville la plus densément embourgeoisée aux États-Unis

Dans la capitale américaine, 40 % des quartiers se seraient embourgeoisés au cours des dernières années. C’est ce que révélait en mars une étude publiée par la National Community Reinvestment Coalition, un organisme à but non lucratif.

Sur le plan de la densité, Washington dépasserait même certaines villes aussi très touchées par ce phénomène, dont New York.

Le quartier Shaw, où se trouve le magasin de Donald Campbell, illustre bien la transformation de la ville. Dans ce secteur, selon la radio NPR, le prix moyen d’une maison est passé de 147 000 $ en 1995, à 781 000 $ aujourd’hui.

Cette transformation économique, qui est également constatée dans plusieurs autres quartiers de la capitale, a entraîné des changements démographiques sur le territoire de cette ville d’un peu plus de 700 000 habitants, qui se trouve au centre d'une zone métropolitaine de plus de 6 millions d'habitants.

« Entre 2000 et 2013, plus de 20 000 habitants afro-américains ont été déplacés de Washington », souligne Samir Meghelli, conservateur du musée d’Anacostia qui a récemment organisé une exposition sur le sujet.

Toujours dans le quartier Shaw, ces changements ont même poussé une église historique au sein de la communauté afro-américaine à fermer ses portes l’année dernière.

La Lincoln Congressional Temple United Church, bâtie après la fin de l'esclavage, et qui a joué un rôle important dans la lutte pour les droits civiques, ne comptait plus suffisamment de fidèles dans le secteur.

L'église Lincoln Congressional Temple United Church a mis fin à ses activités l'an dernier, faute de fidèles.

L'église Lincoln Congressional Temple United Church a mis fin à ses activités l'an dernier, faute de fidèles.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Proportion d'Afro-Américains dans le District de Columbia

  • 1980 : 70,3 %
  • 1990 : 65,8 %
  • 2000 : 61,3 %
  • 2017 : 47,1 %

À la recherche d’un équilibre

Alexander Padro, dirigeant de Shaw Streets, un organisme à but non lucratif de développement économique, croit que son quartier a changé en mieux.

« Quand j’ai été élu en 2000, il y avait très peu de commerces. Beaucoup d’édifices étaient vacants depuis les émeutes qui ont suivi l’assassinat de Martin Luther King », note-t-il.

Selon Alexander Padro, un élu local, un équilibre est essentiel pour assurer une saine transformation des quartiers de Washington. Ces dernières années, son organisation a milité avec succès pour la construction d‘unités de logements abordables dans de nouveaux projets immobiliers.

Alexander Padro dirige l'organisme de développement économique Shaw Streets.

Alexander Padro dirige l'organisme de développement économique Shaw Streets.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Il faut tenter d'attirer des résidents qui apporteront de nouveaux revenus tout en s'assurant que les gens qui étaient ici quand les temps étaient plus difficiles puissent demeurer dans le quartier pendant les jours meilleurs.

Alexander Padro

Mais Alexander Padro, qui reconnaît qu’il ne pourrait plus se payer la maison qu’il a achetée il y a des années, admet qu’il reste énormément de travail à accomplir à l’échelle de la ville.

Dans ce magasin de Washington, on peut trouver des albums de musique Go-Go.

Dans ce magasin de Washington, on peut trouver des albums de musique Go-Go.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Après la controverse des derniers mois, une motion a été déposée au conseil municipal pour que la Ville de Washington déclare le Go-Go musique officielle du District de Columbia. Mais au-delà des mélodies Go-Go, les appels à un développement plus équitable continueront de se faire entendre dans les rues de la capitale.

Amériques

International