•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grogne de Franco-Ontariens contre le « vrai » français

L'insécurité linguistique n'est pas un phénomène recent

Dans le Canada francophone, différents niveaux d'insécurité linguistique briment la communication.

Photo : iStock

Lise Ouangari

La mauvaise expérience d'une Franco-Ontarienne à qui l'on a reproché son français a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux.

J’étais vraiment fâchée , confie Danika Degagné. Je ne me suis vraiment pas sentie en confiance.

Cette Franco-Ontarienne de 29 ans, qui vit à Sudbury, a raconté dans le groupe Facebook Je suis Franco-Ontarien/ Franco-Ontarienne sa mésaventure avec un Québécois alors qu’elle était de sortie avec des amis.

Il m’a dit que les Franco-Ontariens ne parlent pas le "vrai" français et qu’il était plus ou moins "en guerre" contre le français hors Québec , explique-t-elle.

Trop bouleversée par ces propos, la jeune femme a décidé de ne pas poursuivre la conversation. J’étais déçue, vraiment pas contente, c’était vraiment émotionnel pour moi , explique-t-elle.

Danika Degagné a parlé français toute sa vie. C’est sa langue maternelle.

Bien qu’elle ne veuille pas considérer cette histoire comme une généralité, elle estime que trop de gens ignorent la situation des Franco-Ontariens.

Il y a beaucoup de gens qui ne comprennent pas la situation dans laquelle on vit, spécialement les gens qui vivent dans un environnement francophone, qui travaillent en français, qui vont à l’école en français, avec qui la famille, les amis, parlent en français, ils n’ont pas de problèmes. Mais quand tu sors de cet environnement-là, tout change.

La Franco-Ontarienne raconte qu’elle doit se battre tous les jours pour parler en français dans un environnement majoritairement anglophone.

Le français, c’est quelque chose pour lequel j’ai toujours dû me battre pour continuer à le garder dans ma vie. Alors c’était vraiment difficile d’avoir ces commentaires-là, confie-t-elle.

C’est une fierté d’être Franco-Ontarienne.

Danika Degagné

Ce n’est pas la première fois que Danika Degagné est dans cette situation. En échange universitaire en France en 2011, elle a dû insister pour parler en français alors que des gens lui répondaient en anglais ou la prenaient pour une Québécoise.

Il faut toujours que je m’explique comme si je n’avais pas de place. Je n’ai pas de place en France, je n’ai pas de place au Québec, et en Ontario, je n’ai pas de place non plus. Alors c’est vraiment difficile de trouver son identité , déplore-t-elle.

Des internautes solidaires

Des internautes ont réagi en nombre à sa publication pour raconter des situations semblables.

La semaine passée, j’étais au centre-ville de Québec et je suis sortie souper avec ma nièce. Nous sommes toutes les deux Franco-Ontariennes et on se parlait en français. Le serveur s’est entêté à nous parler en anglais même après que nous lui avons dit de nous parler en français. Je ne sais pas quoi penser de cela, sauf que c’est offusquant , a raconté sur le groupe Facebook Josée Shymanski.

Je suis Acadienne et c’est pareil. C’est un peu frustrant de ne pas se faire comprendre dans notre langue maternelle , écrit de son côté Julie Savoie.

La langue française est universelle. Elle prend la couleur du coin de pays où elle est parlée. C’est ce qui fait son charme , affirme Sylvie-Agnès Laurin.

Y a-t-il un « bon » français?

Shana Poplack, professeure distinguée, détentrice de la Chaire de recherche du Canada en linguistique, et directrice du laboratoire de sociolinguistique à l’Université d’Ottawa, étudie la langue telle qu’elle se parle et notamment le bilinguisme et ses effets.

La langue est intimement liée à l’identité. L’identité est liée à sa façon de parler, l’idée que certaines de ces façons sont bonnes ou mauvaises, ce n’est pas scientifique, ce sont des sentiments, des attitudes , explique-t-elle.

Ces attitudes-là liées avec le climat politique, la situation officielle des langues et les attitudes des Canadiens envers le bilinguisme en général ensemble contribuent à ces histoires , estime-t-elle.

La sociolinguiste explique que la langue évolue naturellement et comporte des différences de vocabulaire et de prononciation, mais qu’il s’agit de variations superficielles qui ne modifient pas la structure de la langue française au Canada.

L’idée que ces changements sont dangereux, qu’ils détruisent l’intégrité de la langue, c’est une croyance très répandue au Canada. Mais c'est une croyance sans fondement empirique.

Shana Poplack, sociolinguiste

Il y a des différences de prononciation, de vocabulaires avec des mots d’origine anglaise comme les redoutés et haïs anglicismes, mais ces différences-là ne constituent pas des différences de structures de la langue, dit-elle. On n’arrive pas à trouver des preuves qui prouvent cela. Au contraire, le français est resté remarquablement stable.

La grammaire, qui est le squelette, la structure de la langue, n’a presque pas changé au Canada depuis le milieu du 19e siècle au moins.

Shana Poplack, sociolinguiste

Selon Shana Poplack, ce n’est pas le contact avec l’anglais qui change la structure de la langue française au Canada. Le vocabulaire change continuellement. Nous avons étudié l’entrée et la sortie des mots anglais, et ces mots sont éphémères. Ils n’ont pas le temps de changer la grammaire.

Pour la sociolinguiste, le danger réside dans l’insécurité linguistique dans les milieux minoritaires.

Cesser d’utiliser le français, c’est la voie de la disparition. Si on veut travailler à la vitalité de la langue française, il faut encourager son utilisation plutôt que d’imposer une façon de parler.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Francophonie