•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des livraisons à relais via l'Îlot Voyageur, pour réduire la présence des poids lourds

Camions et voitures se côtoient sur l'avenue Viger à Montréal.
À partir de septembre, les poids lourds pourront déposer leurs marchandises à l'Îlot Voyageur pour éviter de circuler dans les rues de Montréal. Photo: Radio-Canada / Martin Thibault
Radio-Canada

La Ville de Montréal souhaite faire d'une pierre deux coups en mettant l'Îlot Voyageur à profit afin de réduire le nombre de gros camions de livraison qui circulent sur son territoire.

Un projet pilote sera lancé dès septembre et s'étendra sur une période d'un an, a annoncé mercredi Robert Beaudry, responsable du développement économique et commercial au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Le principe est simple : inviter les poids lourds qui font des livraisons sur le territoire montréalais à décharger leur marchandise à l'Îlot Voyageur, situé le long des rues Berri et Saint-Hubert, entre le boulevard De Maisonneuve et la rue Ontario.

« Ensuite, on va travailler avec de plus petits véhicules à zéro émission, tels des vélos cargos, pour distribuer les livraisons dans les zones commerciales qui sont en périphérie », a expliqué Robert Beaudry, en entrevue à Radio-Canada.

La Ville espère que ce projet pilote permettra de réduire la circulation des poids lourds dans ses rues, de réduire les émissions de gaz à effet de serre, de diminuer la pollution sonore et d'améliorer la sécurité des cyclistes comme des piétons.

Le choix de l'Îlot Voyageur était tout naturel, puisqu'il « est vraiment en plein coeur du centre-ville de Montréal, au-dessus de la station Berri, et près des zones commerciales comme le Village et le centre-ville », a souligné M. Beaudry.

Une portion de l'Îlot Voyageur est inutilisée depuis plusieurs années, et la Ville de Montréal en a fait l'acquisition en 2018. La mairesse Valérie Plante avait d'ailleurs évoqué l'emplacement central du bâtiment pour en justifier l'achat.

Véritable cicatrice dans l'arrondissement de Ville-Marie, l'Îlot Voyageur a connu un développement chaotique depuis 2005. Lancé par l'Université du Québec à Montréal (UQAM) comme un projet immobilier qui devait s'autofinancer, notamment grâce à des résidences étudiantes, il est ensuite passé aux mains du gouvernement du Québec avant d'être racheté en partie par un promoteur et par Montréal.

Avec les informations de Vincent Maisonneuve

Politique municipale

Politique