•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des citoyens proposent que l’ancienne prison de Chicoutimi soit occupée d’ici sa vente

Une pancarte annonçant qu'une ancienne prison est à vendre est bien visible devant le bâtiment en question.

La construction de l'ancienne prison de Chicoutimi remonte à la fin des années 1920.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des voix s'élèvent au sein de la communauté pour exiger qu'une nouvelle vocation soit donnée à l'ancienne prison de Chicoutimi d'ici à ce qu'elle trouve un acquéreur. D'ailleurs, quelques-unes des personnes, qui souhaitent voir ce projet se réaliser, s'étaient rassemblées, mercredi midi, devant ce bâtiment ayant fermé ses portes en 2015.

Certaines propositions ont alors été soulevées. Pour ne citer que deux exemples, l’idée d’aménager des espaces de création pour les artistes a été lancée tout comme celle de mettre en place des ateliers pour y fabriquer du mobilier.

Selon l’architecte paysagiste, Tamara Anna Koziej, il faudrait absolument amorcer une conversation pour évaluer les besoins des gens qui habitent à proximité de l’ancienne prison et pour déterminer quelle initiative pourrait être la plus prometteuse.

L’enseignant en architecture au Cégep de Chicoutimi, François Bossé, espère lui aussi que l’ex-institution carcérale pourra éventuellement avoir une deuxième vie.

Par contre, il reconnaît que la bâtisse présente certaines caractéristiques peu enviables.

Il n’y a pas beaucoup de fenestration. Les murs sont très épais. C’était fait pour éviter que le monde ne se sauve. Par conséquent, au plan des issues, c’est problématique, résume-t-il.

La directrice générale de la Société historique du Saguenay, Joëlle Hardy, se réjouit de constater que des citoyens s’intéressent au sort qui sera réservé à l’ancienne prison.

C'est intéressant de voir que des gens se mobilisent, mentionne-t-elle.

De toute évidence, pour eux, le bâtiment de style Art déco a un intérêt patrimonial, ajoute Mme Hardy.

Pour l’instant, la Société québécoise des infrastructures n’analyse qu’une seule proposition touchant l’ancienne prison.

Des boîtes renfermant des archives sont rangées dans des armoires.

Comme les archives s'accumulent, un nouvel espace de rangement serait le bienvenu.

Photo : Radio-Canada

Il s’agit de l’idée d’y abriter de manière permanente des documents de Bibliothèque et Archives nationales du Québec ainsi que de la Société historique du Saguenay.

Cependant, d’après le porte-parole de la SQI, Martin Roy, si une proposition temporaire sérieuse était déposée, elle serait dûment étudiée.

Avec les informations de Gilles Munger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !