•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Autochtones s’opposent à la construction d’une route après la découverte d’artefacts

 Un groupe d’autochtones visite le terrain où la route sera construite.

Des fermiers de Winslow ont alerté les Premières Nations sur ces découvertes archéologiques.

Photo : Radio-Canada / Jason Warick

Radio-Canada

Des Autochtones de la Saskatchewan demandent l'arrêt d'un projet de construction d'une route de section dans la municipalité rurale de Winslow, à l'ouest de Saskatoon. Des découvertes archéologiques en lien avec leur histoire ont été faites à cet endroit.

Conformément à la législation en cours, des fouilles archéologiques ont été réalisées avant le début de la construction de cette route de gravier de 8 km.

Selon des documents obtenus par CBC News, le gouvernement aurait choisi de donner l'autorisation à la Municipalité d'aller de l'avant avec les travaux, malgré des découvertes lors des fouilles. Des découvertes qui n'ont pas été rendues publiques.

Un bulldozer est passé sur le site des fouilles lundi, au grand mécontentement des Premières Nations, averties par des fermiers de la zone.

Le président du conseil tribal de Battlefords, Neil Sasakamoose, se dit choqué que les Premières Nations n’aient pas été informées.

« Ne rasez pas notre histoire au bulldozer », s’insurge-t-il.

Selon l’historien et récipiendaire de l’Ordre du Canada, Bill Waiser, les artefacts « découverts rappellent que l’histoire de la Saskatchewan est très ancienne ».

Des fragments en pierre de pointes de lance ou de couteaux vieux de 10 000 ans ont été retrouvés sur le site. Des objets en poterie qui remontent à quelques centaines d’années ont également été découverts, révèle un document du gouvernement que CBC News a obtenu.

Les archéologues ont aussi trouvé sur le site un amas de pierres préhistorique, un petit grattoir d’obsidienne, ainsi qu'une roche volcanique à l’apparence du verre.

Bill Waiser estime que les Premières Nations auraient dû être mises au courant.

Pas d'obligation légale

L’organisme de préservation du patrimoine, Heritage Conservation Branch, indique dans une lettre n’avoir « aucune inquiétude en rapport à la poursuite du projet comme planifié. »

La province indique qu'elle n’est pas tenue, par la loi, d’informer les Premières Nations dans ce genre de situation.

Pour le président de la Société d’archéologie de la Saskatchewan, la question n’est pas seulement d’ordre légal.

« Il y a là une obligation morale. C’est probablement la culture matérielle [ des Premières Nations]. Elles ont le droit d’être impliquées dans la prise de décision » sur ce sujet, soutient-il.

Le vice-chef de la Fédération des nations autochtones souveraines, Edward Dutch, plaide pour un changement dans la législation afin de mieux inclure les Premières Nations dans les décisions relatives aux sites patrimoniaux.

La municipalité rurale de Winslow, n’a pas répondu aux demandes d’entrevue de CBC News. Le projet municipal prévoit le début des travaux de construction pour le 10 juin.

Avec les informations de Jason Warick, CBC News

Saskatchewan

Autochtones