•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement Ford limite les augmentations à 1 % dans le secteur public

Le bâtiment du parlement ontarien de Queen's Park avec vue sur une rue de Toronto.

Le parlement ontarien Queen's Park

Photo : Radio-Canada / Oliver Hyland

Radio-Canada

Le gouvernement progressiste-conservateur de l’Ontario veut imposer un plafond de 1 % pendant trois ans pour ce qui est des augmentations de salaire dans le secteur public. Il a déposé un projet de loi en ce sens mercredi.

La mesure touchera notamment les fonctionnaires ainsi que le personnel des écoles, des universités, des hôpitaux et des sociétés d’aide à l’enfance.

Les employés municipaux ne sont pas visés par la décision du gouvernement.

Les conventions collectives qui sont en vigueur se maintiennent.

La limite de hausse de salaire s'appliquera lors des prochaines négociations, entre le 5 juin 2019 et le 1er janvier 2022.

Un homme en conférence de presse

Peter Bethlenfalvy, président du Conseil du Trésor

Photo : Assemblée législative de l'Ontario

Le président du Conseil du Trésor, Peter Bethlenfalvy, soutient que le processus de négociation peut avoir lieu normalement. Il n’y a pas de pertes d’emploi, poursuit-il, ce qui est une bonne nouvelle.

Si nous ne prenons pas ces mesures, des milliers d’emplois pourraient être à risque.

Peter Bethlenfalvy, président du Conseil du Trésor

Le gouvernement a déposé son projet de loi sur les hausses salariales dans le secteur public mercredi en fin d’après-midi à Queen’s Park, à moins de 24 heures de la fin de la session parlementaire.

Il n’entend toutefois pas le faire adopter en vitesse.

Le public pourra donner son opinion sur un site web. Les députés, ajoute M. Bethlenfalvy, pourront profiter de la pause estivale pour recevoir les commentaires de leurs électeurs.

Le ministre est incapable d’estimer les économies que ces augmentations de salaire limitées permettront de réaliser. Il dit simplement que la rémunération représente environ la moitié des dépenses de l’État.

Elle se tient derrière un lutrin aux couleurs de NPD.

Le chef de l'opposition Andrea Horwath

Photo : Radio-Canada / Philippe de Montigny

La chef néo-démocrate Andrea Horwath accuse le gouvernement de s’en prendre aux travailleurs qui offrent des services à la population, comme les éducatrices en garderie, les chauffeurs d’autobus scolaire et les infirmières.

Les travailleurs du secteur public font en sorte que les choses fonctionnent dans la province. Ils prennent soin de nos proches, s’assurent que les routes sont sécuritaires et enseignent à nos enfants, tous les jours.

Andrea Horwath, chef de l’opposition

Le président du Syndicat des employés de la fonction publique provinciale estime qu’avec un taux d’inflation de 2 %, l’augmentation salariale maximale de 1 % représente, en pratique, une baisse de revenu.

Smokey Thomas, dont le syndicat représente plus de 150 000 travailleurs ontariens, accuse le gouvernement de favoriser ses amis, en leur offrant des postes importants bien rémunérés.

Il n’a aucun respect pour les travailleurs de première ligne, écrit-il dans un message sur Twitter.

Politique provinciale

Politique