•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 30 ans, Ottawa et Québec s’entendaient pour nettoyer le Saint-Laurent

    Sur la berge du Saint-Laurent, un tracteur transporte le corps d'un béluga mort.

    Le 8 juin 1989, les gouvernements du Québec et du Canada adoptaient les grandes lignes du Plan d'action Saint-Laurent.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Le 8 juin 1989, les gouvernements du Canada et du Québec signent une entente qui précise les premières grandes lignes du Plan d'action Saint-Laurent. Le fleuve, comme le constataient les journalistes de Radio-Canada, avait particulièrement besoin de soins tant la pollution l'avait rendu malade.

    Dans la région de Montréal, 90 % des plages sont polluées au point qu’elles représentent un danger pour la santé publique. Alors qu’on incite les ménagères à ne plus utiliser des détersifs avec des phosphates, chaque année 10 millions de gallons de déchets liquides industriels sont répandus un peu partout dans la zone métropolitaine.

    François Perrault, journaliste à Radio-Canada

    Un danger connu déjà dans les années 1970

    Le 60, 1er mai 1974

    Ces phrases-chocs, le journaliste François Perrault les prononce dès le début de son reportage présenté à l’émission Le 60 du 1er mai 1974.

    En cette première moitié des années 1970, les déchets industriels polluent de plus en plus la zone métropolitaine de Montréal et le fleuve Saint-Laurent.

    Le journaliste constate notamment que plusieurs entreprises enfreignent au quotidien les règlements imposés pour la protection de l’environnement du fleuve.

    Le reportage montre aussi que certains efforts du gouvernement du Québec s’avèrent insuffisants pour combattre le fléau.

    Ce serait en particulier le cas dans l’est de Montréal où se trouve un incinérateur qui doit éliminer des déchets industriels.

    Ces faits laissent perplexe. Faut-il rappeler que 80 % des Québécois vivent sur les rives du fleuve et de ses affluents et qu’ils boivent son eau?

    La déchéance d’un fleuve

    La plus grande ressource d’eau douce du monde, le bassin Saint-Laurent-Grands-Lacs, ce cadeau des dieux, comme le disent les anciens, est devenu aujourd’hui un véritable dépotoir.

    Alain Borgognon, journaliste à Radio-Canada

    Le Point, 7 août 1991

    En 1988, le constat est encore plus lamentable, comme le démontre le reportage du journaliste Alain Borgognon tourné cette année-là et repris, dans une version condensée, par l’émission Le Point du 7 août 1991, animée par Simon Durivage.

    Les industries déversent quotidiennement dans les Grands Lacs 60 000 produits toxiques différents. 1 000 sont considérés comme dangereux.

    Plusieurs ne s’évaporent pas ou ne disparaissent qu’après des décennies voire des siècles.

    Des Grands Lacs, les eaux coulent dans le Saint-Laurent, charriant avec elles tous ces produits toxiques.

    Or, ce que montre le reportage du journaliste Alain Borgognon, c’est que ces déversements sont en train de tuer la faune vivant dans l’écosystème des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent.

    C’est toute la chaîne alimentaire des Grands Lacs et du fleuve qui est perturbée par la pollution.

    Au bas de cette chaîne, les vers que mangent les oiseaux sont tellement intoxiqués qu’ils souffrent d’importantes déformations génétiques.

    Les poisons finissent par atteindre de gros mammifères comme les bélugas.

    Au début du 20e siècle, comme le rappelle le toxicologue Pierre Béland, 5 000 de ces cétacés habitaient dans le fleuve. Ce nombre est passé à 1000 dans les années 1960, et à 400 en 1988.

    Chaque année, on retrouve entre 12 et 15 de ces bêtes mortes sur les grèves.

    Une première pour le Saint-Laurent

    Le reportage d’Alain Borgognon est tourné quelques mois avant la signature de l’entente créant le Plan d’action Saint-Laurent.

    En effet, le 8 juin 1989, les ministres de l’Environnement du Canada et du Québec, Lucien Bouchard et Clifford Lincoln, signent cette entente de cinq ans visant à dépolluer le fleuve.

    L’enveloppe budgétaire totalise 110 millions de dollars.

    Montréal ce soir, 8 juin 1989

    Du même souffle, comme le rappelle le journaliste Gilles Sirois dans un reportage présenté à Montréal ce soir le 8 juin 1989, Ottawa et Québec rendent publique une liste de 50 entreprises très polluantes.

    Celles-ci devront diminuer leurs rejets de 90 % au cours des 5 années suivantes.

    Le ministre Lucien Bouchard veut des résultats.

    Mais le reportage montre aussi le manque d’enthousiasme des compagnies visées de même que le scepticisme des groupes environnementaux quant à l’efficacité du Plan d’action Saint-Laurent.

    Ce scepticisme se trouve également exprimé dans l’entrevue que fait Simon Durivage avec le toxicologue Pierre Béland, présentée à l’émission Le Point du 7 août 1991.

    Le 26 juin 2017, les gouvernements du Canada et du Québec ont signé une nouvelle entente de cinq ans dans le cadre du Plan d’action Saint-Laurent.

    57 millions de dollars vont être injectés pour aider à réduire les inondations et répondre aux défis qui résultent des changements climatiques.

    L’écosystème du Saint-Laurent demeure fragile.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Environnement