•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des fidèles fêtent la fin du ramadan en gilet pare-balles

Un homme habillé en gilet pare-balles participe à la prière.

Plus de mille fidèles, dont plusieurs en gilet pare-balles, ont participé aux prières de l'Aïd al-Fitr mardi à Saint-Jean.

Photo : CBC / Sherry Vivian

Patrick Butler

Lors des célébrations de la fin du ramadan à Saint-Jean, à Terre-Neuve-et-Labrador, certains fidèles portaient des gilets pare-balles, ce qui traduit l'angoisse de la communauté musulmane face aux récents attentats à travers le monde.

La province demeure l’endroit le plus paisible au monde, soutient Mansoor Pirzada, le président de l’Association musulmane de Terre-Neuve-et-Labrador. Mais plusieurs gardiens de sécurité en casque de combat ont malgré tout passé la matinée à surveiller le millier de personnes rassemblées pour la prière de l'Aïd al-Fitr mardi.

Deux gardes de sécurité, habillés en gilet pare-balles, bouclent leurs casques.

Des gardes de sécurité mettent des casques de combat lors des célébrations de l'Aïd al-Fitr mardi à Saint-Jean.

Photo :  CBC / Sherry Vivian

Nous voulons nous assurer que notre communauté et nos congrégations sont en sécurité, indique Mansoor Pirzada, tout en rappelant les attaques contre des mosquées à Québec en 2017 et à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, en mars dernier.

C’est pour donner plus de tranquillité d'esprit aux gens, explique-t-il. Mieux vaut prévenir que guérir.

Mohammed Taleb Berrouane, un étudiant algérien de troisième cycle à l’Université Memorial, reconnaît que depuis qu’il est arrivé à Terre-Neuve il y a quatre ans, il n’a jamais eu d’inquiétudes sérieuses quant à sa sécurité.

Plusieurs hommes se tiennent debout pour les prières. Un homme au centre porte un gilet pare-balles.

Un fidèle, portant un gilet pare-balles, participe aux prières de l'Aïd al-Fitr mardi à Saint-Jean.

Photo : CBC / Sherry Vivian

Il a assisté à une autre célébration de l'Aïd al-Fitr au marché des fermiers de Saint-Jean. Il n'y a vu aucun gardien de sécurité ni gilet pare-balles. Mais il affirme que vu les événements récents, des mesures de sécurité pour les lieux de culte de tous genres seraient une bonne idée.

Des réflexions semblables ailleurs en Atlantique

Zain Esseghaier, un membre de l’Association musulmane de l’Île-du-Prince-Édouard, indique que certains fidèles dans sa province partagent les mêmes inquiétudes.

Ce genre de violence, c’est un fait maintenant avec lequel il faut vivre et on fait de notre mieux pour que la vie continue normalement.

Zain Esseghaier, membre de l'Association musulmane de l'Î.-P.-É.

Il y a tellement d’événements qui se passent que, bien entendu, on se sent un peu vulnérables et il y a certainement un élément d’insécurité, affirme-t-il.

Un enfant parmi des centaines de personnes qui prient.

Une congrégation de plus de mille personnes s'est rassemblée pour les prières, mardi, à la mosquée de Saint-Jean.

Photo :  CBC / Sherry Vivian

M. Esseghaier rappelle plusieurs incidents qui ont eu lieu à la mosquée de Charlottetown au cours de la dernière décennie. En 2011, une tête de cochon a été clouée à un pilier pendant la construction du bâtiment. L’année suivante, un camion appartenant à un entrepreneur en construction a été incendié, et une bouteille remplie d'essence, de même que des affiches sur lesquelles on pouvait lire défaite au djihad étaient découvertes.

Zain Esseghaier explique qu’après le carnage en Nouvelle-Zélande en mars dernier, certains membres de sa mosquée ont suggéré d'embaucher des gardiens de sécurité, mais l’association musulmane a opté pour l'installation d'une clôture et de caméras à l'extérieur de la mosquée.

Il ne faut pas non plus que la mosquée devienne une forteresse, explique M. Esseghaier. On ne peut jamais se préparer et se protéger à 100 %.

Je pense que nous vivons dans un milieu assez sécuritaire, mais tout ce que ça prend c’est une personne qui décide de faire quelque chose, rappelle-t-il. Est-ce que ça pourrait arriver à Charlottetown ou à Saint-Jean de Terre-Neuve? Oui, ça pourrait arriver n’importe où, aujourd’hui.

Terre-Neuve-et-Labrador

Prévention et sécurité