•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Femme enceinte tuée devant le CHUL : plaidoiries reportées

B0C26369-2160-41C2-AE97-E6197C5749F5

Jonathan Falardeau-Laroche, accusé d’avoir heurté mortellement Marie-Pier Gagné devant le Centre mère-enfant, en août 2016. On le voit ici au palais de justice de Québec.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Radio-Canada

Accusé de négligence criminelle causant la mort d'une femme enceinte devant le CHUL, Jonathan Falardeau-Laroche a choisi mercredi de ne pas présenter de défense.

Son avocat en a fait l'annonce au juge Pierre Rousseau en après-midi, avant de demander le report des plaidoiries.

Me Simon Roy a invoqué l'importance et la gravité de la cause, pour son client et les proches de la victime, pour demander un délai pour préparer sa plaidoirie.

Le juge Rousseau a accédé à sa demande et fixé au 20 juin les plaidoiries qui se dérouleront sur une journée.

Preuve close

Le procureur de la couronne, Me Thomas Jacques, a déclaré sa preuve close après avoir présenté la fin de l'interrogatoire policier, enregistré lors de l'arrestation du jeune homme épileptique.

Pressé de question par l'enquêteur, l'accusé avoue qu'il n'a peut-être pas pris la meilleure décision en quittant l'hôpital avec sa voiture après avoir consulté son neurologue.

« C'est sur que ça aurait été mieux de ne pas conduire », balbutie Falardeau-Laroche.

Après avoir indiqué « qu'on ne peut pas changer le passé », le jeune homme a exprimé des regrets. « Il y a quelqu'un qui est décédé, c'est sûr que je le regrette ».

Lors de ce même interrogatoire, Falardeau-Laroche continue toutefois de maintenir que son neurologue ne lui a pas formellement interdit de prendre le volant.

Procès et poursuites

Justice et faits divers