•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Portsmouth souligne le 75e anniversaire du jour J

Des danseurs sur la scène des commémorations du Jour J à Portsmouth.

Photo : Getty Images / Dan Kitwood

Radio-Canada
Mis à jour le 

Portsmouth, au Royaume-Uni, a accueilli mercredi le début des célébrations du 75e anniversaire du jour J. C'est entre autres dans cette ville que des milliers de soldats alliés avaient embarqué pour faire le voyage vers la France et se rendre sur les côtes de Normandie, le 6 juin 1944, afin de combattre les troupes allemandes qui occupaient le pays.

La première ministre britannique, Theresa May, a reçu à Portsmouth 15 chefs d’État ou de gouvernement.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, les présidents des États-Unis et de la France, Donald Trump et Emmanuel Macron, et la chancelière allemande, Angela Merkel, étaient présents, de même que les premiers ministres d'Australie, de Belgique, du Danemark, de Grèce, du Luxembourg, de Norvège, des Pays-Bas, de Nouvelle-Zélande, de Pologne, de République tchèque et de Slovaquie.

La reine Élisabeth II et le prince de Galles ont assisté aux commémorations, ainsi que des membres des forces armées et plus de 300 anciens combattants, tous âgés de plus de 90 ans.

Les pays représentés à cet événement ont convenu de faire une déclaration commune dans laquelle ils s'engagent à faire en sorte que l'« inimaginable horreur » de la Seconde Guerre mondiale ne se répète pas. Les 16 signataires s'engageront à travailler ensemble pour « résoudre pacifiquement les tensions internationales ».

Les commémorations atteindront leur point culminant jeudi en France, le jour exact du débarquement.

Le 6 juin 1944, plus de 14 000 soldats canadiens ont débarqué sur la plage portant le nom de code Juno, en Normandie, ou ont été parachutés dans cette zone, accompagnés de Britanniques et d’Américains qui débarquaient sur quatre autres plages. Plus de 1000 Canadiens ont été tués, blessés ou capturés lors de cette journée.

Les dirigeants sont debout, le prince parle à la reine.

Le prince Charles, la reine Élisabeth, le président américain Donald Trump et sa femme Melania assistent à la cérémonie de commémoration du Jour J à Portsmouth.

Photo : Reuters / Toby Melville

Discours des chefs d'État

Justin Trudeau a pris brièvement la parole lors de la cérémonie.

Déclarant que peu de gens avaient servi leur pays de façon aussi héroïque que les Canadiens qui ont pris part au débarquement à Dieppe, il a fait la lecture du texte accompagnant la médaille reçue par le lieutenant-colonel canadien Cecil Merritt.

Le lieutenant-colonel a été le premier Canadien à se voir décerner la croix de Victoria en raison de ses actes héroïques à Dieppe. Fait prisonnier puis libéré en 1945, Cecil Merrit est décédé en 2000 à Vancouver. Il avait été député fédéral de 1945 à 1949.

Le premier ministre a également vanté les mérites de son grand-père maternel, qui a combattu pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Olivier Bourque nous explique comment s'est orchestré et s'est déroulé le débarquement de Normandie.

Le président Donald Trump a suivi M. Trudeau, lisant la prière prononcée par le président américain Franklin D. Roosevelt, qui menait les États-Unis lors de la Seconde Guerre mondiale, le 6 juin 1944.

Quant au président Macron, qui a commencé son allocution en remerciant « sincèrement » les combattants au nom de son pays, il a lu une lettre d’un soldat français à ses parents qui savait qu’il allait se faire exécuter dans les heures qui allaient suivre.

Theresa May a pour sa part lu la lettre d’un capitaine britannique à son épouse, trois jours avant le Jour J, capitaine qui est mort durant le débarquement.

« Alors que nous nous réunissons pour rendre hommage à ceux dont le courage et le sacrifice sur les plages de Normandie ont marqué le tournant de la Seconde Guerre mondiale, nous faisons la promesse de ne jamais oublier notre dette envers eux, a aussi dit Theresa May. Leur solidarité et leur détermination dans la défense de notre liberté est une leçon pour nous tous ».

La souveraine britannique a par la suite prononcé un discours, qui a été suivi d’une vibrante ovation aux vétérans.

« Le sort du monde dépendait du succès de cette mission. Plusieurs d’entre eux [les soldats] ne sont jamais revenus. L’héroïsme, le courage et le sacrifice de ceux qui ont perdu leur vie ne seront jamais oubliés. C’est avec humilité et plaisir, au nom de tout le pays et de l’ensemble du monde libre, que je vous dis à tous merci », a lancé la reine.

Pendant ce temps à Bény-sur-Mer

Le reportage de Jean-François Bélanger

Alors que Justin Trudeau se trouvait à Portsmouth, la gouverneure générale du Canada, Julie Payette, s’est rendue en France, au cimetière militaire canadien de Bény-sur-Mer, où avait lieu une cérémonie de commémoration pour les soldats canadiens tombés au combat.

Le cimetière normand abrite plus de 2000 sépultures.

Mme Payette était accompagnée du ministre des Anciens combattants, Lawrence MacAulay.

Lors de son discours, la gouverneure générale a dit souhaiter que le monde continue à travailler pour éviter les guerres et les conflits. Elle a rappelé qu’en tant qu’astronaute, elle avait connu la coopération internationale et souligné que cela n’est pas un objectif inatteignable.

« Nous travaillons ensemble dans l’espace pour faire avancer les connaissances et pour nous préparer à l’avenir ensemble. Si nous pouvons le faire là-bas, nous pouvons le faire partout », a-t-elle affirmé.

Julie Payette a également remercié les vétérans canadiens pour leur contribution à la Seconde Guerre mondiale. « Nous avons le devoir de mémoire. D’abord pour reconnaître votre service et la grande gratitude que nous vous devons. Pour vous remercier de vos sacrifices, mais aussi pour nous rappeler qu’ensemble, il est possible qu’on puisse dire jamais plus », a-t-elle conclu.

La cérémonie avait été organisée par le gouvernement canadien, en collaboration avec les villages de Reviers et de Bény-sur-Mer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International