•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec n'interviendra pas pour empêcher la vente du Groupe Maurice à des Américains

François Legault, debout, répondant aux questions de l'opposition.

Le gouvernement Legault ne considère pas que Le Groupe Maurice fasse partie d'un secteur « stratégique ».

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le premier ministre François Legault a minimisé l'impact de la vente du gestionnaire québécois de résidences pour aînés Le Groupe Maurice à des intérêts américains, invoquant le fait qu'il ne s'agit pas d'un secteur « stratégique » pour le Québec.

Le Groupe Maurice, qui exploite 31 résidences où logent 10 000 aînés, passera aux mains du fonds immobilier américain Ventas en vertu d'une entente conclue lundi.

La nouvelle n'a pas ému le premier ministre François Legault qui, il y a quelques années, a pourfendu le gouvernement libéral de Philippe Couillard pour l'exode d'entreprises québécoises, comme Rona ou St-Hubert.

« Quand on parle de protéger des sièges sociaux, développer des sièges sociaux, évidemment, on parle d'entreprises qui sont dans des secteurs stratégiques », a-t-il affirmé lors de la période de questions à l'Assemblée nationale, citant l'exemple d'entreprises qui font de la recherche et du développement, offrent des « emplois payants » ou exportent des biens et services.

« Une entreprise qui détient des résidences privées [...], que ça soit québécois ou non, ça n'augmentera pas les exportations du Québec, puis ça ne va pas nécessairement créer de la richesse au Québec », a-t-il allégué, talonné sur cette question notamment par le chef par intérim du Parti libéral du Québec (PLQ), Pierre Arcand.

De donneur de leçons à acteur inactif, dénonce le PLQ

Le chef de l'opposition officielle a rappelé que le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) avait « mis la protection des sièges sociaux et le maintien d'emplois payants au centre de son action politique ».

« Le premier ministre était pas mal plus enclin à faire la leçon lorsqu'il était dans l'opposition qu'à agir maintenant qu'il est au pouvoir », a-t-il lancé, l'accusant d'avoir « échoué à protéger les intérêts et la propriété de cette entreprise québécoise ».

Je ne pense pas que ce soit le rôle du gouvernement du Québec de donner 600 millions de dollars à un propriétaire de résidences. Je ne pense pas et je ne vois pas en quoi ça aiderait le développement économique du Québec, je ne vois pas en quoi ça pourrait créer des emplois mieux payés au Québec.

François Legault, premier ministre du Québec

Le premier ministre a également expliqué le point de vue de son gouvernement lors d'une mêlée de presse.

« Ça me titille toujours quand une entreprise québécoise est achetée par des intérêts étrangers. Par contre, il faut comprendre qu'on parle d'une industrie qui n'est pas stratégique. Là où on doit travailler, au Québec, c'est de s'assurer de garder, puis d'augmenter le nombre d'entreprises dans les secteurs où il y a beaucoup de valeur ajoutée », a-t-il soutenu.

Lors de la vente de St-Hubert à des intérêts ontariens, en 2016, M. Legault avait déploré un « déclin tranquille de l'économie québécoise, estimant que l'économie du Québec devenait « de plus en plus une économie de succursales ».

« Mon inquiétude, c'est qu'on en revienne là où on était il y a 50 ans, c'est-à-dire d'avoir seulement au Québec des succursales de compagnies de l'extérieur », avait-il dit.

Depuis l'arrivée au pouvoir de la CAQ, Sico a annoncé qu'elle fermerait son usine de l'arrondissement de Beauport et son centre de distribution de Longueuil, en septembre 2019, pour déplacer la production en Ontario. Le fabricant et distributeur Fordia, spécialisé dans les outils de forage diamantés, a quant à lui été acheté par l'entreprise suédoise Epiroc.

Ventas, acquéreur de 85 % des parts du Groupe Maurice

L'entente entre Le Groupe Maurice et Ventas prévoit que celle-ci versera près de 2 milliards pour acquérir 85 % de la division immobilière du Groupe Maurice. De cette somme, 987 millions permettront de racheter les parts d'Ipso Facto, le fonds immobilier de la famille Bourgie. Luc Maurice, président et directeur du Groupe Maurice, conservera 15 % de l'entreprise.

Entrevue avec Luc Maurice, patron du Groupe Maurice, à l'émission RDI Économie

Le Groupe Maurice estime posséder près de 9 % des parts du marché des résidences pour aînés au Québec.

Ventas possède pour sa part plus de 1200 propriétés aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni.

Santé

Économie