•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ballon-chasseur est de « l'intimidation légalisée », dit une professeure de l'UBC

Des gens jouent au ballon-chasseur dans un gymnase.

Joy Butler, professeure à l'UBC, estime que le ballon-chasseur enseigne aux enfants « qu’il est acceptable de victimiser d’autres personnes.»

Photo : Radio-Canada / Jeremy Eaton

Joy Butler, professeure de pédagogie à l'Université de la Colombie-Britannique, estime que le ballon-chasseur ne devrait plus être pratiqué dans un cadre scolaire, parce que, selon elle, le jeu est une forme d'« intimidation légalisée ».

Le ballon-chasseur (aussi connu sous le nom de dodgeball, en anglais) est un jeu que pratiquent les élèves pendant les cours d’éducation physique depuis des générations. Il oppose deux équipes qui se lancent des ballons dans le but d'atteindre des joueurs de l'équipe adverse pour les éliminer du jeu.

Dans le cadre du Congrès des sciences humaines, qui se déroule cette semaine à Vancouver, Joy Butler a présenté un résumé d'une étude qu'elle publiera sous peu, intitulée Ballon-chasseur : les cinq visages de l'oppression?

Elle y présente les raisons pour lesquelles elle estime que le jeu populaire peut être nocif pour certains.

Elle s'interroge quant aux messages sous-jacents qu'un jeu qui prend pour cible des humains envoie en matière de justice sociale. Elle évoque notamment l'exploitation et l'impuissance, la dominance et l’impérialisme culturel, la violence et finalement, la marginalisation.

Elle cite en exemple l'histoire d'une fillette qui se cachait au fond du gymnase pour éviter d'être touchée.

Elle était traquée. Que va-t-elle apprendre de cette situation?

Joy Butler, professeure de pédagogie à l'Université de la Colombie-Britannique

La professeure croit que le jeu pousse les enfants à éviter leurs camarades de classe plutôt que d'aller vers eux et leurs éducateurs.

Elle souhaite que les enseignants accordent de l'attention aux enfants plus fragiles, susceptibles de vivre une situation difficile entre les mains d’élèves plus forts qui pourraient les choisir comme cibles humaines.

Inculquer de bonnes valeurs aux enfants

La Vancouver Dodgeball League, une communauté de plus de 1600 joueurs en Amérique du Nord, estime que le ballon-chasseur est une « cible facile ».

Il se peut que des adultes aient des souvenirs d'expériences négatives dans leur enfance. Il est donc facile de s'attaquer à ce sport en particulier.

Claudia Tyzo, Truong Cao et Betina Ng de la Vancouver Dodgeball League

L'équipe de direction de la ligue affirme que leur sport est un excellent moyen d'inculquer de bonnes valeurs aux enfants, telles que le travail d’équipe, la communication, la patience, la confiance et l’esprit sportif.

Selon Joy Butler, de nombreux enseignants lui ont dit que le ballon-chasseur peut être une façon amusante d'amener les enfants à faire de l'exercice, et de les aider à se préparer pour le monde réel.

Elle croit qu’ils devraient plutôt opter pour des jeux qui ne leur enseignent pas qu'il est acceptable de victimiser d’autres personnes.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !