•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des colliers multicolores pour empêcher les chats de tuer des oiseaux

Un chat devant une porte, il porte au cou un large collier multicolore.

Le professeur Ken Otter affirme qu'un collier coloré, hautement visible pour les oiseaux, les rend moins vulnérables aux chats.

Photo : Ken Otter

Radio-Canada

Un biologiste de l'Université du Nord de la Colombie-Britannique (UNBC) lance une étude afin d'explorer l'efficacité du port des colliers colorés commerciaux pour aider les populations d'oiseaux au Canada à échapper à la voracité des chats domestiques.

« C’est une solution logique parce que les oiseaux voient très bien les couleurs, mieux que nous, en fait », explique le professeur Ken Otter, qui mène actuellement une recherche à Prince George pour tester ce moyen et voir l'impact sur la population d'oiseaux de cette région.

Rectificatif : une version précédente de ce texte pouvait laisser entendre que le biologiste Ken Otter avait découvert cette méthode du collier coloré pour aider les oiseaux, mais ce n'est pas le cas puisqu'il existe, entre autre, une étude similaire sur la population d'oiseaux en Australie.

Chaque année, affirme-t-il, les chats domestiques tuent entre 100 millions et 350 millions d’oiseaux au Canada. Il estime que, dans le sud du pays, où les chats sont concentrés, cela représente entre 2,5 et 7 % de la population d’oiseaux.

Il demande la participation des propriétaires de ces félins à Prince George.

Un homme avec un chapeau tient dans ses bras un chat qui porte un collier, devant une maison.

Le biologiste Ken Otter précise que le collier n'aura en revanche pas d'effet sur la capture des rongeurs, qui ne distinguent pas bien certaines couleurs.

Photo : Ken Otter

Pas d'impact sur les rats et les souris

« Nous voudrions que les propriétaires tiennent un registre sur les allées et venues de leur chat, et qu’ils indiquent chaque capture de proie, dit le professeur. Certaines semaines, nous demanderons aux participants de lui mettre un collier multicolore et d’observer s’il leur ramène alors moins de proies. »

Ken Otter précise que le collier n'aura pas d’effet sur la capture de rongeurs, notamment les rats et les souris, moins menacés que les oiseaux, qui ne distinguent pas bien, pour la plupart, les couleurs verte et rouge.

« L'une des raisons pour lesquelles les chats ont été domestiqués, c’était pour maintenir à un niveau raisonnable les populations de rongeurs », soutient le chercheur.

Sa recherche est financée par l’UNBC, la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA), des vétérinaires et le Service canadien de la faune.

Colombie-Britannique et Yukon

Protection des espèces