•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vente de Transat : Groupe Mach fait monter les enchères

Le siège social de Air Transat au 300 Léo-Pariseau à Montréal.

Le siège social d'Air Transat au 300 Léo-Pariseau à Montréal

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Le groupe québécois Mach, surtout connu pour ses activités dans le domaine de l'immobilier, souhaite acheter Transat AT, la société mère d'Air Transat, pour 14 $ l'action.

Le groupe immobilier estime que la valeur totale de son offre, qui inclut une somme destinée au paiement de la dette hors bilan du transporteur aérien, s'élève à un peu plus de 1,1 milliard de dollars.

Il s'agit ainsi d'une offre plus généreuse que celle faite récemment par Air Canada, qui proposait une somme de 520 millions de dollars, soit 13 $ pour chacune des actions en circulation.

Cette nouvelle survient alors que Transat menait des négociations exclusives avec Air Canada depuis le 16 mai. Les deux sociétés disposaient d'une période de 30 jours pour s'entendre. Si Transat devait finalement accepter « une proposition supérieure non sollicitée », elle devra assumer une pénalité de 15 millions de dollars.

Or, selon Mach, son offre est le résultat d'un « long processus entrepris en janvier 2019 », et une lettre avait même été envoyée en février au conseil d'administration de Transat AT.

L'offre de Mach est conditionnelle à l'obtention d'une aide financière de 120 millions de dollars du gouvernement du Québec et à la signature d'une entente de soutien et de dépôt d'actions avec le Fonds de solidarité FTQ et la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Le président de Groupe Mach, Vincent Chiara, a précisé avoir déjà approché Investissement Québec et le ministère de l'Économie. Son titulaire, Pierre Fitzgibbon, s'est déjà montré prêt à intervenir financièrement s'il le fallait.

L'offre prévoit de fermer le capital de Transat et de transformer l'entreprise en société privée, qui ne serait plus cotée en bourse.

Développer ses actifs immobiliers à l'étranger

À terme, l'objectif du promoteur immobilier, qui s'engage à préserver le siège social, l'équipe de la haute direction et le centre décisionnel de Transat à Montréal, est de bâtir un chef de file mondial intégré de tourisme international sous l'enseigne de Transat.

L'union des deux sociétés « permettra d'agencer le modèle de premier plan intégré de tourisme international de Transat et la vaste expérience de Mach dans la supervision de projets de construction, de gestion de projets complexes en développement immobilier et comme propriétaire immobilier », a déclaré Vincent Chiara par communiqué.

Avec cette acquisition, le Groupe Mach, qui n'a pas d'expérience en aviation, souhaite développer davantage ses actifs immobiliers à l'étranger, notamment grâce aux hôtels touristiques que possède Transat ailleurs dans le monde. À noter que les principaux actifs de Transat se situent dans le secteur aérien, et Mach s'engage à les préserver.

Transat, qui compte 5000 employés, a déclaré des revenus de près de 3 milliards de dollars en 2018.

La firme immobilière Mach est notamment connue pour avoir racheté la tour dans laquelle loge actuellement Radio-Canada ainsi qu'une partie de son terrain, pour une somme de 42 millions de dollars. Le promoteur veut faire du lieu, situé dans le quartier Centre-Sud à Montréal, un « village urbain » baptisé « Quartier des lumières ».

Une nouvelle qui « réjouit » le gouvernement

« Ça me réjouit de voir qu’il y a deux acheteurs potentiels » qui ont un siège social au Québec, a réagi le premier ministre François Legault en mêlée de presse.

Il a remis en question la participation d'Investissement Québec, qui avait au départ été envisagée par crainte d'« une offre qui vienne de l’extérieur du Québec », a-t-il expliqué.

« S’il y a une bonne proposition et un investissement intéressant pour Investissement Québec, ça peut être regardé, mais je ne vois pas l’urgence, en tout cas, puisqu’il s’agit de deux compagnies québécoises », a soutenu M. Legault.

Industrie aéronautique

Économie