•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gouvernement minoritaire à l'Î.-P.-É. : les verts proposent une entente tripartite officielle

L'Assemblée législative de l'Île-du-Prince-Édouard.

L'Assemblée législative de l'Île-du-Prince-Édouard

Photo : Radio-Canada / François Pierre Dufault

Radio-Canada

Le Parti vert de l'Île-du-Prince-Édouard a envoyé une proposition aux progressistes-conservateurs et aux libéraux. Le parti d'opposition espère que les autres partis seront prêts à s'entendre sur un certain nombre de règles afin d'assurer le fonctionnement du premier gouvernement minoritaire de l'ère moderne dans la province.

Le document établit un seuil minimal de consultation que le gouvernement serait tenu de respecter afin d'obtenir l'appui des partis d'opposition lors de votes de confiance sur le discours du Trône et le budget, par exemple.

La relation entre les parties sera fondée sur le principe de la bonne foi et sur l'absence de surprises, peut-on lire dans l'ébauche d'entente, qui demande aux partis de travailler ensemble dans le respect mutuel tout en préservant leur identité politique indépendante et en travaillant dans l'intérêt supérieur des Prince-Édouardiens.

Sans une entente officielle, il y aura toutes sortes d'incertitudes et de malentendus potentiels [qui] pourraient avoir une incidence sur la capacité de l'Assemblée législative de faire son travail, affirme le chef du Parti vert Peter Bevan-Baker, ajoutant qu'une entente écrite entre les partis donnerait de la stabilité au gouvernement minoritaire.

Gros plan sur le visage du chef vert.

Le chef du Parti vert de l'Île-du-Prince-Édouard, Peter Bevan-Baker, croit qu'une entente formelle entre les trois partis est nécessaire pour assurer la bonne marche du gouvernement minoritaire.

Photo : Radio-Canada

Le chef de l'opposition officielle rappelle que les chefs des trois partis représentés à Province House ont exprimé leur désir de travailler en collaboration.

L'ébauche d'entente prévoit :

  • des consultations prébudgétaires privées avec chaque parti d'opposition, avant les délibérations du Conseil des ministres sur le budget;
  • des consultations concernant les nominations gouvernementales importantes avant qu'elles ne soient annoncées;
  • un préavis de deux semaines avant le dépôt de tout projet de loi à l'Assemblée législative et des rencontres d'information sur ces projets de loi, sur demande.

Le document prévoit également la création d'un comité spécial chargé de formuler un code de conduite pour les députés provinciaux, d'élaborer un mécanisme de règlement des différends pour résoudre les conflits entre les partis et de recommander des réformes éventuelles pour rendre le gouvernement et l'Assemblée législative plus collaboratifs.

De nos jours, on ne peut pas acheter un téléphone cellulaire sans signer une entente de 10 pages sur ce qu'on peut faire et ce qu'on ne peut pas faire, insiste Peter Bevan-Baker. Nous essayons de diriger le gouvernement d'une province. Donc, à mon avis, il est absolument nécessaire de jeter les bases de ce qui est bien et de ce qui ne l'est pas, et de la façon dont nous allons travailler ensemble.

Lors des élections provinciales du 23 avril dernier, les progressistes-conservateurs de Dennis King ont remporté 12 des 27 sièges au Parlement de l'Île-du-Prince-Édouard. Les verts de Peter Bevan-Baker ont remporté 8 sièges et les libéraux, alors dirigés par l'ancien premier ministre Wade MacLauchlan, ont obtenu 6 sièges. Un siège est demeuré vacant temporairement à la suite de la mort d'un candidat quelques jours avant le scrutin.

Les autres partis ne s'engagent pas

Lundi, une porte-parole du premier ministre Dennis King a déclaré que le chef progressiste-conservateur avait reçu le projet d'entente du Parti vert seulement quelques heures plus tôt et qu'il aurait besoin de plus de temps pour examiner le document.

Le chef libéral par intérim, Robert Mitchell, a dit qu'il avait lui aussi besoin de plus de temps pour examiner la proposition et que son caucus en discuterait plus tard pendant la semaine.

Lors d'une récente rencontre des chefs des trois partis, MM. King et Mitchell ont tous deux déclaré qu'ils seraient ouverts à l'idée de conclure une entente officielle. Ils ne se sont toutefois pas engagés à en signer une.

Une entente écrite n'est pas nécessaire pour qu'un gouvernement minoritaire fonctionne.

Au Nouveau-Brunswick, l'Alliance des gens s'est engagée à appuyer le gouvernement progressiste-conservateur minoritaire de Blaine Higgs pendant 18 mois sans conclure d'entente écrite officielle. En Colombie-Britannique, toutefois, les verts, qui détiennent la balance du pouvoir, se sont engagés par écrit à appuyer le gouvernement minoritaire néo-démocrate de John Horgan pendant 4 ans.

Le politologue Don Desserud, de l'Université de l'Île-du-Prince-Édouard, fait remarquer qu'un accord officiel entre les trois partis représentés à Charlottetown ne serait pas forcément contraignant, puisqu'il n'y aurait aucune sanction possible en cas de non-respect de l'entente.

Avec des informations de Kerry Campbell, de CBC

Île-du-Prince-Édouard

Politique provinciale