•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saguenay doit emprunter pour payer ses retraités

Le conseil municipal de Saguenay assis à La Baie

Le conseil municipal de Saguenay lors de la réunion du 3 juin

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Mélyssa Gagnon

Saguenay doit emprunter 9,3 millions de dollars pour financer une partie du déficit du régime de retraite de ses employés municipaux. Les élus ont entériné ce règlement lors de la séance du conseil de lundi, à La Baie.

Le déficit actuariel a touché toutes les villes du Québec dans la foulée de la crise financière de 2008.

Pour Saguenay, le montant représentait un manque à gagner de 125 millions de dollars.

Le chef du Parti des citoyens de Saguenay (PCS), Dominic Gagnon, a questionné la mairesse au sujet de l’emprunt. Josée Néron s’est empressée de répondre que l’ancien conseil est responsable de ce boulet financier que traîne l’actuelle administration.

« Année après année, on doit emprunter. Si une année, je décide de vraiment y aller de façon agressive et de ramener tout ça pour la population, ça veut dire que dans la même année, je paierais l’emprunt et en plus, je paierais ce que je dois payer dans l’année. Donc, j’irais carrément égorger ma population », croit la mairesse.

La « bonne nouvelle », selon Josée Néron, est que la Ville n’aura plus besoin d’emprunter pour renflouer le régime à partir de 2021. La dette sera remboursée en 2031.

Rapport financier

Josée Néron a profité de la séance du conseil de lundi pour livrer son discours sur la situation financière de la ville.

Lors de l’assemblée publique du 6 mai, Saguenay a présenté ses états financiers pour 2018. L’exercice s’est soldé par un surplus de 3,2 millions de dollars (1 % du budget).

« Le conseil renoue pas à pas avec les pratiques de saine gestion des finances publiques. Notre objectif est de maintenir la qualité des services municipaux […]. Nous réalisons donc peu à peu ce à quoi nous nous sommes engagés », énonce-t-elle.

La mairesse de Saguenay debout

La mairesse de Saguenay, Josée Néron, lors de la séance du conseil municipal du 3 juin

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Les surplus dégagés ont permis d’investir dans des projets non récurrents et de renflouer certaines réserves, comme celle attribuée au déneigement. La mairesse rapporte aussi une baisse de 40 % des plaintes des citoyens.

En lien avec la gestion des finances et de la dette, le conseiller Kevin Armstrong propose que Saguenay se dote d’une politique fiscale en bonne et due forme.

« La compréhension de la fiscalité municipale, c’est complexe, c’est lourd. Je sais que ce n’est pas politiquement payant de parler de la dette, mais notre dette nette a doublé en quatre ans. Ça va nous prendre une politique fiscale pour mieux la gérer et la contenir », pense le conseiller.

Compteurs d’eau

Des compteurs d’eau seront bientôt installés sur tous les immeubles non résidentiels et quelque 300 immeubles résidentiels situés sur le territoire de Saguenay. Les résidences seront choisies de façon aléatoire.

« Je veux rassurer la population. Ce n’est pas pour en installer partout. C’est pour avoir une idée de la consommation des ménages », fait valoir le conseiller Simon-Olivier Côté, président de la commission du développement durable et de l’environnement.

Québec oblige les municipalités à mesurer la consommation d’eau potable si elles souhaitent continuer d’obtenir des subventions.

Contre les grands projets

Une dizaine de personnes se sont présentées au micro lors de la période de questions, lundi, pour interroger les élus au sujet des grands projets industriels à Saguenay.

Anne Gilbert-Thévard, porte-parole de la Coalition Fjord, a cherché à savoir si la mairesse a pu consulter la carte du tracé de conduite de gaz naturel proposé par l’entreprise Gazoduq. Josée Néron a fait savoir qu’à ce stade, il s’agit davantage d’un corridor, et qu’elle n’a pas vu de tracé précis.

Une femme parle dans un micro. Deux individus tiennent une pancarte sur laquelle est inscrit «non à un troisième port».

Des membres de la Coalition fjord sont venus s'adresser aux conseillers municipaux de Saguenay.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Anne Gilbert-Thévard a candidement demandé au conseiller Michel Potvin, qui est aussi agriculteur, s’il possède des terres « dans le coin où le gazoduc de GNL passerait? ».

Michel Potvin a rétorqué par la négative.

Des étudiantes de l’École secondaire des Grandes-Marées sont aussi intervenues pour demander à la Ville de se positionner.

Pulperie et Maison de quartier

Par ailleurs, la Ville a entériné un emprunt de 1,1 million $ pour la rénovation du bâtiment 1903 de la Pulperie de Chicoutimi. La semaine dernière, le ministère de la Culture et des Communications du Québec a annoncé qu’il investira la même somme pour rénover le bâtiment historique.

À Jonquière, la maison de quartier va déménager. La Ville a mandaté son service des affaires juridiques pour qu’il amorce une démarche d’expropriation de l’immeuble situé sur la rue du Vieux-Pont. Le déménagement s’inscrit dans le projet de refonte du parc de la Rivière-aux-Sables.

Enfin, la mairesse Josée Néron a honoré la promesse faite au maire de Sorel-Tracy en portant le chandail des Éperviers de la ligue nord-américaine de hockey (LNAH) au début de la séance. Il s’agissait d’un pari conclu entre les dirigeants des deux villes, dont les équipes s’affrontaient en séries éliminatoires. Les Éperviers ont vaincu les Marquis de Jonquière.

Saguenay–Lac-St-Jean

Affaires municipales