•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lancement d’une nouvelle certification pour l’industrie forestière canadienne

Industrie forestière. Billes de bois en forêt.

La nouvelle certification FSC entrera en vigueur le 1er janvier 2020.

Photo : Radio-Canada / ICI Radio-Canada

Miguel Lachance

La division canadienne de l'organisme de certification Forest Stewardship Council (FSC) a lancé lundi sa nouvelle norme nationale d'aménagement forestier, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2020.

La nouvelle certification a reçu l’approbation du FSC International et présente des normes qui vont au-delà des lois canadiennes en vigueur, explique le président de FSC Canada, François Dufresne.

Nous sommes un organisme qui propose des solutions de consensus [avec] la société civile.

François Dufresne, président du FSC Canada

Le FSC compte parmi ses membres des groupes environnementaux comme Greenpeace et plusieurs représentants de l’industrie forestière, comme Domtar et Kruger.

portrait d'une homme portant des lunettes.

Selon François Dufresne, plusieurs entreprises, dont Ikea et Procter & Gamble, s’approvisionnent uniquement auprès de compagnies forestières certifiées par le FSC.

Photo : Radio-Canada

La norme du FSC comprend non seulement des critères concernant l’environnement, mais aussi des mesures sociales, comme la participation des Autochtones à la planification forestière et l’équité des genres dans l’ensemble de l’industrie.

La nouvelle norme précise aussi les mesures de protection du caribou des bois.

Il était important pour le FSC de faire participer équitablement des experts et des intérêts divers afin d’établir un nouveau cadre national pouvant être adopté dans toute l’industrie forestière.

François Dufresne, président du FSC Canada

La nouvelle certification est le fruit d’un travail entamé il y a plus de cinq ans.

Quelques incertitudes, selon un expert de l’industrie

Selon Étienne Bélanger, directeur de la foresterie pour l’Association des produits forestiers du Canada (APFC), il y a quelques aspects de la nouvelle norme qui inquiètent les entreprises forestières.

M. Bélanger explique qu’en plus de la nouvelle certification sur l’aménagement forestier, le FSC mettra bientôt en place une nouvelle norme pour le contrôle de la traçabilité.

Pour apposer un logo FSC sur un produit, comme du papier, celui-ci doit contenir 70 % de fibres de bois provenant d’une source certifiée par l’organisme.

Cette norme définit les exigences minimales que des forêts ou de la fibre doivent atteindre pour que la fibre puisse être mélangée, selon certaines conditions strictes, à de la fibre certifiée FSC ou recyclée.

Jusqu’ici, raconte M. Bélanger, il y avait une reconnaissance que tout le bois canadien répondait à ces exigences minimales.

Or, ce ne sera plus le cas, même si le bois est certifié par d’autres organisations comme l’Association canadienne de normalisation (CSA) et l’Initiative de foresterie durable (SFI).

Il y a des risques qui vont être introduits, pis les gens vont devoir, pour tout ce qui n’est pas [certifié] FSC, appliquer des concepts FSC.

Étienne Bélanger, directeur de la foresterie pour l’Association des produits forestiers du Canada

M. Bélanger cite en exemple le concept de paysage forestier intact (PFI), qui n’est pas présent dans les lois provinciales sur lesquelles se basent la CSA et la SFI, mais qui apparaîtra dans la norme du FSC.

Les PFI sont des zones forestières exemptes de traces d’activité humaine significative. Une grande partie de la forêt boréale canadienne entre dans cette catégorie.

Pour conserver leur certification FSC, les entreprises auront donc plus de vérifications à faire, croit le directeur de la foresterie de l'APFC.

Devoir sortir des données [sur les paysages forestiers intacts] en six mois, ça va être spécial, avance M. Bélanger.

Il croit aussi que la complexité de la nouvelle norme sous sa forme actuelle pourrait freiner certains petits joueurs de l’industrie qui souhaitent obtenir la certification.

Industrie forestière

Économie