•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le renouveau de l’Amicale de la francophonie

Huit personnes se font prendre en photos dans un bâtiment.

L'Amicale de la francophonie multiculturelle du Manitoba a désormais un nouveau conseil d'administration.

Photo : @blandine.tona sur Facebook

Chloé Dioré de Périgny

L'Amicale de la francophonie multiculturelle du Manitoba a tenu vendredi dernier sa première assemblée générale depuis 2013. Le nouveau conseil d'administration, élu à l'occasion, voudrait redonner de la « vitalité » à l'organisme.

Il fallait qu’on fasse les changements maintenant, que l'on mette des personnes engagées [au conseil d’administration] et que ce qui s’est produit [l'absence d'assemblée depuis six ans] ne se reproduise plus, déclare la nouvelle conseillère de l’organisme, Blandine Tona.

Selon elle, le fait qu'il n'y a eu aucune assemblée générale depuis 2013 était une source de frustration au sein de l’association. C’est ce qui l’a incitée à reprendre le flambeau de l’organisme.

Quand on veut quelque chose, de la transparence ou de la reddition de comptes, on met la main à la pâte. Je pense que plusieurs personnes ont embarqué dans cette idéologie, soutient Blandine Tona.

Vendredi, tous les membres du conseil d’administration ont été renouvelés à l’assemblée générale. L'ancien conseiller Alphonse Lawson est le seul qui fait partie de la nouvelle équipe de direction, cette fois à titre de président.

Un vent de jeunesse

J’ai vu toute une génération de jeunes prêts à donner un nouveau souffle à l’Amicale, déclare un des membres fondateurs de l’association, Ibrahima Diallo.

Celui qui a été le médiateur entre cette nouvelle génération de francophones engagés et l’ancien conseil d’administration en décembre dernier est confiant quant à l’avenir de l’association.

C’est un très bon départ. C’est des gens qui sont extrêmement engagés, qui veulent faire bouger les choses, dit-il.

Ce qui est important aujourd'hui, c’est qu'on se rappelle pourquoi on a créé l'Amicale, qu'on se rappelle le travail essentiel qui est là, qui va au-delà des identités, des groupes ethniques et culturels, et que l’on recrée cette vitalité, affirme Blandine Tona.

Selon la conseillère, le président de l’organisme a bien confirmé une chose :L’Amicale est à jour au niveau de toutes les obligations provinciales et fonctionne en toute légalité.

Manitoba

Associations francophones